Cloud Boat – ‘Model Of You’

Album / Apollo / 07.07.2014
Folkstep

En dépit d’une mini-déception à l’heure de la sortie discrète mais attendue d’un premier album, nous n’avons cessé de guetter Cloud Boat au coin de la rue, habités par la certitude que le duo avait toutes les cartes en main pour faire mieux. Si ‘Book of Hours‘ se perdait parfois dans des ambiances folk un tantinet déprimantes et trop rarement ponctuées d’efficaces soubresauts dubstep – leur marque de fabrique – ce nouveau cru montre à la fois plus de cohérence, de profondeur, et moins de timidité. Mais on le savait, ce n’est certainement pas le talent qui manque chez les britanniques. Même assis sur des chaises, ils restent capables en live de provoquer l’hypnose et la chair de poule grâce aux boucles jouées à la guitare par Sam Ricketts et à la voix transcendante de Tom Clarke, ce dernier sachant hurler quand il le faut pour se battre contre des déferlantes dubstep et d’épaisses mélodies superposées: un comportement propice aux sounds systems des concerts plus qu’à l’intimité du studio, d’où la difficulté évidente de retranscrire une telle intensité sur disque.

Sur ce ‘Model of You’ qui sépare son prédécesseur d’une année, Cloud Boat s’exprime pourtant mieux et affiche une personnalité de plus en plus solide, à l’image d’un premier single sublime et maîtrisé (‘Carmine’). Le format chanson a ici été adopté sur 95% du disque et, comme par magie, la flèche de la balance entre électro et acoustique oscille et finit par trouver son milieu, surtout lors de conclusions souvent riches en émotions (‘Portrait of Eyes’, ‘The Glow’, ‘Hallow’), même si certains morceaux prennent parfois des airs de complaintes romantiques pour pucelle (‘Hideaway’, ‘Thoughts in Mine’). De qualité constante, l’album connaît aussi quelques pauses à l’image d’un ‘Bricks Are For’ taillé pour les églises, mais aussi des pics de sensations matérialisés notamment par le somptueux mais trop court ‘Aurelia’. Une chose est sûre, c’est une montée en puissance qui attend Cloud Boat, pas l’inverse.

‘Carmine’, ‘Aurelia’, ‘Hallow’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire