Closet Disco Queen – ‘Closet Disco Queen’

Album / Hummus / 11.06.2015
Rock libre et instrumental

Derrière ce nom de danseurs sur musique psychédélique des années 70 se cachent Jonathan Nido et Luc Hess, un guitariste et un batteur ayant décidé de ressortir Closet Disco Queen du placard à l’occasion d’un album éponyme paru en juin dernier. En effet, c’est après avoir quitté le groupe de metal allemand The Ocean Collective que le duo rentre en Suisse pour se focaliser sur son label Hummus Records et les nombreux groupes qui font son catalogue, dont Coilguns (trio punk hardcore) ou encore The Fawn, cet orchestre de pop expérimentale déjà relayé dans nos pages. Né au pied levé pour un concert d’une soirée, Closet Disco Queen écrit, enregistre (en live) et masterise finalement son album en une quinzaine de jours, puis part en tournée dans la foulée.

Ici, le duo tend cette fois vers un krautrock un peu psyché. Les sept morceaux instrumentaux, souvent construits sur une base math rock, oscillent entre rock classique et rock progressif, et regorgent d’expérimentations. Dans une diversité allant du punk au post rock, Closet Disco Queen semble ainsi vouloir nous faire bondir à chaque titre dans une ambiance joyeusement chaotique tant il construit son disque comme une fête dansante brillamment interrompue par deux interludes contemplatifs (‘What’s Your 20?’, ‘IYD – In Your Dreams’), pour finir sur les douze minutes de ‘Black Saber’ et ses nombreuses couches de guitares distordues enchanteresses.

Sans barrières ni prétentions, Closet Disco Queen réinterprète toutes ces notions de rock 60’s, d’acid rock et de kraut rock avec probablement un peu de pop cachée dans les tiroirs, confie sa navigation aux rythmiques inattendues de l’exceptionnel Luc Hess tandis que, comme le dit lui-même Jonathan Nido, ‘je suis avec ce groupe le guitariste que j’ai toujours voulu être‘.

‘Hey Sunshine!’, ‘Black Saber’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire