City Of Caterpillar – « s/t 33 »

s/t[Album]
01/05/2003
(Level Plane/Nova Recordings/Import)

Il va falloir apprendre à faire confiance aux rumeurs… Cela fait quelques temps que l’on entend parler de City Of Caterpillar en bien et il aura fallu que mon facteur daigne faire le gros bras pour me déposer l’objet de toutes les convoitises dans ma petite boite aux lettres. Alors qu’il ne s’agit que d’un tout premier album, ces sept titres (pour une durée totale de 44 minutes) donnent raison aux dires et font de City Of Caterpillar une des plus belles découvertes de ces derniers mois

Tantôt hypnotique et séducteur avec ses breaks récurrents et assez longs mettant au grand jour le talent de composition du groupe, tantôt violent optant pour un rock bruitiste et marginal, City Of Caterpillar a le bon goût de regrouper sur une même galette les différents éléments apportant tant de saveur au rock. Vous l’aurez compris, il vous faudra aimer Godspeed You Black Emperor ou Mogwai autant que Shotmaker pour être piqué par la fièvre de ce rock à faire tourner les têtes. Jamais indigeste grâce à ses nombreux changements d’ambiance et de rythme, toujours séduisant grâce à un choix subtil de lignes mélodiques et son jeu insolent sur les contrastes, le groupe s’impose dans le mini clan des formations tellement personnelles qu’elles en sont incontournables

Aussi crédible dans ses passages limite chaotiques que dans le répertoire émo rock minimal, City Of Caterpillar met au monde un premier album incroyable qui laisse présager un avenir des plus radieux à une formation sachant déjà pertinemment dans quelle direction aller. Un bel exemple à suivre en matière de maturité…

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire