CirKus – « Laylow »

Laylow[Album]
18/09/2006
(Tent Music/Wagram)

L’histoire de CirKus est banale, mais belle, car c’est avant tout une histoire de rencontre et de solidarité. Tout commence lorsque Karmil, guitariste du groupe, atteint de fatigue virale et qui se soigne à coup de drogue douce, est séduit par une voix hors du commun, entendue au studio dans lequel il travaille à l’époque, qui lui donne définitivement envie de collaborer avec des chanteurs, lui qui ne jurait jusque là que par la musique instrumentale. Cette voix, c’est celle de Cameron Mc Vey, auteur/compositeur reconnu et producteur du « Blue Lines » de Massive Attack, mais aussi des « 7 Seconds (feat Youssou n’Dour) » et « Buffalo Stance » de Neneh Cherry, son épouse. Les deux sympathisent, le couple McVey/Cherry décide d’héberger le garçon qui passe alors ses soirées à jouer de la guitare dans sa chambre jusqu’à inspirer McVey, cherchant définitivement à échapper à l’oppression de l’industrie musicale. De là, les choses s’enchaînent: Lolita Moon, fiancée de Karmil, leur rend régulièrement visite et, par sa voix complémentaire, entre naturellement dans le projet, suivie de Neneh Cherry, un temps éloignée de la musique pour se consacrer à sa vie de famille, qui retrouve alors une motivation due en grande partie au contexte de groupe dans lequel elle peut se fondre

Le décor est planté. Malgré cette différence d’âge qui aurait pu être un obstacle pour beaucoup, CirKus y puise sa force, et se lance dans la composition de ce premier album, né entre Londres, Stockholm, et une région rurale du sud de la Suède. « Laylow », de par le passé de certains de ses membres, fait donc office d’évènement. Trop vite estampillé comme « le grand retour de Neneh Cherry », il souligne plutôt une belle et véritable osmose collective qui n’hésite pas à s’étendre sur le thème récurrent de la condition humaine, et à se révéler être une vraie source d’émotions. Car la force du quatuor, c’est bien cette complémentarité des trois voix, épaulée d’une guitare et de boîtes à rythme, emmenant l’auditeur dans des contrées définitivement trip hop, mais colorées de folk (« Laylow »), de hip hop (« Your Such An… », « Ruff Turf », « Fool » au sample déjà utilisé par Rockin Squat et Supernatural) et de soul (« Time For The Whistle »). Une recette à l’apparence simple mais furieusement efficace, qui trouve son apogée sur les excellents « Is What It Is », « Cutting Out a Career », « Starved » (qui a fait l’objet d’un maxi comprenant des remixes de Buck 65 et Agoria), « Born Again » et « Sunny Tuesday »

CirKus n’est donc pas qu’une somme individualités aux expériences diverses. On est bien là en présence d’une véritable entité qui, il faut bien le dire, a atteint tous les buts qu’elle s’était fixée. Plus qu’un groupe, ces quatre-là forment incontestablement une vraie petite famille au sein de laquelle tout le monde est sur la même longueur d’onde musicale, et plus généralement artistique. Le trip hop, un temps délaissé, semble retrouver ici ses lettres de noblesse, d’autant plus que CirKus n’a sûrement pas encore dévoilé toutes ses richesses. Voici le grand retour de la piste aux étoiles..

En écoute

1. Is What It Is     
(extrait)
2. Cutting Out a Career     
(extrait)
3. Starved     
(extrait)
4. Born Again     
(extrait)
5. Sunny Tuesday     
(extrait)

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire