Chuck Ragan – « Feast Or Famine »

Feast Or Famine[Album]
07/08/2007
(Side One Dummy/Import)

Chuck Ragan avance doucement. Depuis qu’Hot Water Music a mis la clé sous la porte et que le reste de la troupe fonce au sein de The Draft, le bonhomme semble se satisfaire pleinement de sa petite vie paisible, celle qui l’a poussée à prendre un tournant regretté par beaucoup et qui devait à coup sûr lui manquer. Désormais seul, et libre, il avance au rythme qu’il souhaite, et sort avec « Feast Or Famine » son deuxième album en une poignée de mois. De là, deux solutions s’offrent à vous.

La première, si vous êtes totalement fans de Hot Water Music au point de surveiller les moindres faits et gestes de ses musiciens. Dans ce cas, vous n’avez sûrement pas manqué de vous procurer « Los Feliz« , cet album live qui retranscrivait tout le charisme et l’amplitude de son répertoire acoustique. Car si une chose est restée intacte, c’est bien que Chuck Ragan reste un incroyable performeur. Dans ce cas seulement, vous serez en droit de vous interroger sur le réel intérêt de ce premier album studio dont le tracklisting reste majoritairement similaire au premier jet, puisque six titres de ce nouvel album y figuraient déjà

La deuxième, vous suivez tout cela d’assez loin, et vous avez fait l’impasse sur « Los Feliz ». Alors, piochez dans la tirelire et courez vous procurer « Feast Of Famine », un premier album studio baigné dans les racines américaines. Folk traditionnel et country sont en effet au menu, le tout exécuté avec une énergie palpable bien que mesurée par une des voix les plus prenantes qu’ait vu naître la scène punk/hardcore américaine. Incontestablement, Chuck Ragan, toujours aussi passionné et plutôt bien entouré (Matt Skiba d’Alkaline Trio, Jolie Holland, Jon Gaunt, Matt Hensley, Tim Barry d’Avail, Nathan Maxwell de Flogging Molly et James Fearnley de The Pogues), y met les tripes, et a mis le coeur à l’ouvrage au point de jouer la quasi-totalité des instruments (harmonica, guitares…)

Il en résulte des titres qui marqueront à coup sûr le début d’un nouveau virage superbement maîtrisé (« The Boat », « Geraldine », « Symmetry », « Do What You Do »…), que beaucoup prennent aussi avec l’âge sans forcément connaître une telle réussite. Chuck Ragan a ça dans le sang, et ça s’entend

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire