Chad VanGaalen – ‘Light Information’

Chad VanGaalen – ‘Light Information’

Album / Sub Pop / 08.09.2017
Freak folk


Chaque nouvel album de Chad VanGaalen est le meilleur et le plus personnel. L’artiste canadien a construit une aura rassurante autour de sa musique qui semble familière dès les premières notes. Toujours avec une grande reverb, des rythmes variés, un mix un peu gras et un DIY assumé, il revient avec une nouvelle forme de sagesse en publiant son sixième album, ‘Light information’.

Le grand secret de Chad VanGaalen, c’est de savoir rendre très douce une immense anxiété grâce à une cacophonie démesurée de sons qui s’harmonisent avec les mélodies. Comme à son habitude, il joue, écrit, produit seul et sort de vieux instruments de son garage. Cette fois-ci, il utilise un vieux synthé qui ajoute une texture aérée à l’album habillé d’expérimentations décomplexées. Il est mis en avant dans le morceau instrumental ‘Prep Piano and 770’, et en fait une sorte de pont entre deux mondes. L’interlude met rapidement fin à l’ouverture du disque un peu sombre voire macabre, pour laisser place à ‘Host Body’ et la freak-folk propre au musicien. VanGaalen laisse alors apparaître la pop quasi parfaite de ‘Mistery Elementals’ ou ‘Pine and Clovers’, et apporte une touche garage avec ‘Golden Oceans’. Au travers d’histoires qui parlent d’aliénation et de paranoïa, il mêle ses riffs de guitares électriques à une reverb omniprésente et une rythmique fringante, et finit par ajouter les voix de ses deux filles qui viennent ensoleiller la dernière chanson ‘Static Shape’.

‘Light information’ est, selon les dires de Chad VanGaalen, un voyage à travers les mondes futurs et ses souvenirs, et le reflet de son inconfort face aux choses avec lesquelles il ne se sent jamais à l’aise : ‘Don’t trust the stranger’s word as she crawls out of the wasteland, the future has become unwoven an they wanna turn us out man‘ chante-t-il. Avec ses chansons un peu tordues aux paroles s’approchant souvent de la science-fiction, le musicien réussit à mettre des mots sur ses angoisses en les transformant en histoires psychédéliques : ‘I’ll be the host body, yes, for the parasitic demons. They can eat me from the inside out, i can already feel them chewing‘ poursuit-il sur ‘Host Body’. ‘Light Information’ ne déroge pas à la règle, c’est encore une fois le plus beau disque de Chad VanGaalen.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
‘Mystery Elementals’, ‘You Fool’, ‘Pine and Clover’

No Comments

Post A Comment