Cee Rock – « Bringin Da Yowzah!!! »

Bringin Da Yowzah!!![Album]
25/06/2008
(Abstract Urban/Plastic Head)

En dépit de participations à plus d’une vingtaine d’albums, de nombreux concerts donnés à travers l’Europe, et d’une formation estimée (les street battles du Queens), le nom du « no new-comer » Cee-Rock, aka The Fury, ne vous dira sûrement pas grand-chose. La sortie de ce premier album, car il s’agit bien d’un album malgré son artwork digne d’une mauvaise mixtape, tombe donc à point pour faire connaissance avec ce Mc au timbre grave, ex-performer aux côtés de Mobb Deep, Big Noyd, Alchemist et consorts, présenté par un dossier de presse impartial comme l’un des rares à bénéficier d’une « street credibility » intacte

S’il entend bien s’inscrire dans la lignée de ses illustres voisins de quartier, l’intéressé s’en défend: « il ne s’agit pas d’un album de gangster ». Et c’est vrai qu’au lieu de céder à la facilité, compte tenu de son timbre de voix et de la facilité avec laquelle il semble apte à percuter le beat, The Fury, s’il peine à varier sa manière de poser, s’est entouré de producteurs capables d’aller voir au-delà du QB, malgré la présence de titres comme « Salutations & Dedications » à l’atmosphère suffocante et aux textes oppressants. Une petite prise de risque donc, pour le meilleur et pour le pire. Si l’introduction, réussie et plutôt représentative du reste de l’album, donne le ton avec ses quelques notes de piano dans le pur style New-Yorkais, on cherche encore ce qui a bien pu pousser Dj Erase à commettre « Fury & Promoe Collabo », seule vraie faute de goût dans laquelle se retrouve embarqué le talentueux Mc de Looptroop Rockers, mélange frelaté de guitares électriques, de scratchs incisifs et de piano. Heureusement, en usant de bonnes vieilles méthodes éprouvées, le disque offre de nombreuses occasions de se rattraper, notamment grâce à « Dialect: Ridiculous » et sa voix pitchée au refrain, ou encore « Kill Da’ Killin' » dont Cee-Rock dompte les basses profondes à coup de rimes percussives

Ni totalement dénué d’intérêt, ni à la hauteur du classique qu’on tenta de nous vendre, « Bringin Da Yowzah!!! » s’avère honnête mais sans plus, agréable à écouter mais dispensable dans sa discothèque. S’il ne se démarque pas franchement de l’inépuisable vivier de « la Grosse Pomme », Cee-Rock, à plusieurs reprises, démontre qu’il a été éduqué à bonne école, proposant un premier album consistant (19 pistes) qui donne envie de voir la suite. Une suite qu’on espère malgré tout plus audacieuse

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire