Cavern of Anti-Matter – ‘Void Beats/Invocation Trex’

Album / Duophonic / 19.02.2016
Electro 80’s / Krautrock

C’est désormais depuis Berlin que Tim Gane, membre fondateur et leader du groupe Stereolab, mène à bien son nouveau projet baptisé Cavern Of Anti-Matter, avec à ses cotés Joe Dilworth (batteur originel de Stereolab) et Holger Zapf (claviériste émérite). En résulte ce nouveau disque, ‘Void Beats/Invocation Trex’, premier véritable album si l’on en croit le label Duophonic, le second de la discographie si l’on considère ‘Blood Drums’ paru en 2013.

A l’image de Broadcast sensiblement à la même époque, Stereolab n’a pas connu le succès commercial escompté mais demeure toujours l’un des noms les plus influents qu’aient connu les années 90, et Tim Gane l’une des figures de proue de ce mouvement musical. A l’époque, le groupe mélangeait musique pop des années 50/60, influences brésiliennes, et musique krautrock. Et c’est ce dernier courant musical que Gane a décidé d’explorer dans les moindres détails.

‘Void Beats/Invocation Trex’ rend donc hommage et fait la part belle au kautrock et à l’électropop oubliée des années 80. De Kraftwerk à Asmus Tietchens (le très épique ‘Black Glass Actions’), ou encore de Klaus Weiss (‘Tardis Cymbals’) à Neu! (‘Insect Fear’), sans oublier le grand John Carpenter (‘Blowing My Nose Under Close Observation’), le groupe s’inspire de cette mouvance sans pour autant en oublier ses contemporains. Ainsi on peut retrouver sur le disque des titres très variés comme le magnifique ‘Melody In High Feedback Tones’ que n’aurait pas renié un groupes comme AIR ou même Caribou (période ‘Andorra’), le fun et mélancolique ‘Void Beat’ qui aurait largement sa place dans la discographie d’un Panda Bear. On s’amuse même à imaginer ce que pourrait donner la rencontre entre Orbital et Liars avec le titre ‘Hi-Hats Bring The Hiss’.

Finalement, les seules interrogations de l’album se révèlent être les deux featurings. L’apparition de Sonic Boom (Spacemen 3) n’apporte que très peu de plus-value, et force est de constater combien le titre ‘Liquid Gate’ en duo avec Bradford Cox (Deerhunter) ne reflète en aucun cas la teneur générale du disque. Bien qu’agréable, c’est à peine si le morceau a sa place sur ce disque.

‘Void Beats/Invocation Trex’ s’avère finalement être un long voyage, une épopée de 72 minutes hommage aux 80’s. Il ne reste plus qu’à aller voir le groupe confirmer ce voyage introspectif sur scène, Cavern Of Anti-Matter étant présent à l’édition hivernale de La Route du Rock et au This Is Not A Love Song Festival de Nîmes en juin prochain.

‘Melody In High Feedback Tones’, ‘Black Glass Actions’, ‘Tardis Cymbals’

À lire ou écouter également:

, ,

2 réponses à Cavern of Anti-Matter – ‘Void Beats/Invocation Trex’

  1. Emeric 27 février 2016 à 12 h 12 min #

    Pourquoi illustrer l’article avec un extrait qui « ne reflète en aucun cas la teneur générale du disque. Bien qu’agréable, c’est à peine si le morceau a sa place sur ce disque. », j’ai du mal à comprendre.

    Bonne continuation

    • Matthieu Choquet 28 février 2016 à 19 h 44 min #

      Parce que c’est celui que la maison de disque a bien voulu mettre à la disposition des médias pour illustrer leurs articles. Alors quand on n’a pas le choix…

Laisser un commentaire