Cat Power – « Dark End Of The Street »

Dark End Of The Street[EP]
08/12/2008
(Matador/Naive)

L’écart est abyssal entre ces groupes à la reprise facile qui connaissent leur heure de gloire une fois par an à la fin juin, et Cat Power qui, avec deux albums à l’appui, en a fait un de ses exercices de prédilection. Il faut dire qu’avec autant d’armes redoutables sous l’imperméable, entendez par là une voix et une sélection toujours aussi drastique que qualitative, il ne pouvait décemment pas en être autrement avec Chan Marshall. Et on a bien dit drastique, puisqu’on était loin d’imaginer que ces six titres sortis pour la fin d’année, en vynil et digital uniquement, soient à l’origine issus de la session d’enregistrement de « Jukebox« , son dernier album en date. Car à les écouter en boucle, ceux là méritaient pourtant largement d’y être, et on imagine à quel point les recaler a du être chose difficile. Toujours est-il que la belle ne nous aura pas privé très longtemps de ces quelques standards soul, R&B et folk, empruntés au répertoire des Pogues (« Ye Auld Triangle »), Fairport Convention (« Who Knows Where The Time Goes »), James Carr (« Dark End Of The Street »), Creedence Clearwater Revival (« Fortunate Son »), Otis Redding (« I’ve Been Loving You Too Long (To Stop Now) ») et Aretha Franklin (« It Ain’t Fair »), tous réinterprétés à sa façon via le triangle magique voix-guitare-piano qui lui va si bien, qu’elle maîtrise à merveille, même si le résultat pourra sonner trop soporifique pour beaucoup d’amateurs. Comme une petite cerise sur la bûche, dont l’absence n’aurait pas changée le cours des choses, mais qu’on adore toujours déguster par pure gourmandise.

Achetez sur :

  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire