Carlos Nino & Miguel Atwood Ferguson – « Fill The Heart Shaped Cup »

Fill The Heart Shaped Cup[Album]
14/02/2007
(Alpha Pup/Import)

On connaissait jusqu’à présent les travaux de Carlos Niño au sein de son duo Ammoncontact ou encore avec le chanteur de jazz Dwight Trible. Cet homme à tout faire (producteur, animateur radio, patron de label, programmateur de concerts…) s’associe aujourd’hui au jeune prodige multi-instrumentiste Miguel Atwood-Ferguson, qu’on avait déjà croisé sur le récent « With Voices » du duo, pour un court album instrumental (une grosse demi-heure pour dix titres) sur le label Alpha Pup

A en croire ce qu’on trouve sur la Toile, Miguel Atwood-Ferguson pourrait bien être la réponse californienne à notre omniprésent Vincent « Cello » Segal (Bumcello, -M-, etc.): talent précoce (il commence le violon à 4 ans), rapidement premier de la classe, touche-à-tout de génie (violon, violoncelle, claviers, etc.), du haut de ses 26 ans, l’homme a déjà joué avec Ray Charles, Stevie Wonder, Brad Mehldau, Roy Hargrove ou Outkast. On a vu pire comme CV..

Ce « Fill The Heart Shaped Cup » sort le jour de la Saint Valentin et ce n’est certainement pas un hasard. Les deux hommes produisent une sorte d’electronica béate et contemplative (imaginez un Daedelus après l’amour) qui vire doucement sur une soul digitale aux accents jazzy (cf. la harpe de Rebekah Raff sur « The Tides » ou « High Heavenly » façon Alice Coltrane ou The Cinematic Orchestra), idéale pour se réveiller en douceur(s) au creux de l’oreiller

Si les premiers morceaux (« Oasis », « Extended Hands Of Giving ») sonnent un peu comme un Squarepusher minimaliste, confiant et rassuré, l’album s’imprègne peu à peu des langueurs du sentiment amoureux (l’onirique « All For Love », le majestueux « Triumph », le mélancolique « Into The Depths »…) pour terminer sur le sublime et candide « Through A Child’s Eyes ». La complicité et la complémentarité entre Carlos Niño et Miguel Atwood-Ferguson paraissent assez évidentes à l’écoute de ce disque intimiste et chaleureux. Les deux hommes ont écrit le trait d’union parfait qui fera découvrir la soul aux nerds de l’electronica et qui prouvera aux vieux briscards que les machines peuvent aussi avoir une âme..

Voilà en tout cas un album qui risque d’être interdit dans les pays à la politique de l’enfant unique…

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire