Cap Roots – « Dub Heritage »

Dub Heritage[Album]
01/05/2007
(No Limit/Autoproduit)

Se définissant comme les « disciples » de tous les maîtres du dub, les Nazairiens de Cap Roots prônent depuis déjà huit ans un vrai retour aux racines en distillant leurs vibes dans tout l’Ouest de la France. Et autant dire que le groupe ne brûle pas les étapes. Après avoir enchaîné les tournées en se forgeant peu à peu une assise locale aujourd’hui solide, Cap Roots débarque cette année dans les bacs avec un « Dub Heritage » tout frais, destiné aux férus de « roots dub stepper »

C’est avec une certaine nostalgie que l’on aborde l’écoute de cet opus, qui n’est pas sans rappeler un bon vieux « Sachem In Salem » de Zenzile ou le mythique « Opus Incertum » d’High Tone, qui avaient donné ses lettres de noblesse au dub-électro français. Vous vous doutez donc que le son des Cap Roots s’inscrit dans une lignée classique et déjà bien rôdée, structuré autour de lourdes basses, de samples et d’instrumentations orientalo-tribales variées (« Kingston Funky Dub », « Jah Man »). Cette collision des styles chère au dub-électro produit des atmosphères envoûtantes et mystiques (« Rodger Meets Mariama », « Georges’ Spoken Dub »), parfois plus sombres et pessimistes (« Kreisberg Versus Fire », évoquant à partir d’un long sample la déforestation de l’Amazonie au profit de la plantation de soja) mais jamais oppressantes. La touche électronique reste très bien dosée (chose qui devient rare), n’étouffant jamais les bases traditionnelles du one drop qui imprègnent l’album (« Jah Peace Warrior », « Dub Steppers », « Black Wax Dub »)

Il est au final toujours agréable de se pencher sur une autoproduction de cette qualité, même si l’originalité n’est pas vraiment au rendez-vous dans ce premier opus des Nazairiens. « Dub Heritage » est peut-être sans surprises, mais il offre douze titres instrumentaux fluides et travaillés, sans faux pas, composant un album plaisant à écouter d’un bout à l’autre. Si avec ce premier opus les Cap Roots ont joué la carte de la sécurité, ils devront à l’avenir prendre plus de risques et faire preuve d’une dose d’inventivité supplémentaire pour marquer durablement leur empreinte dans le monde du dub. Mais il semblerait que les Nazairiens aient déjà un beau programme, préparant actuellement une version chantée de « Dub Heritage » (dont la sortie est prévue d’ici 2008), épaulés par les Anglais de Disciples, et dans laquelle on retrouverait des pointures du genre comme Kenny Knots, Nassadjah de Zion Gate ou encore Nya Azania, choriste des Mighty Diamonds… De quoi mettre l’eau à la bouche…

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire