Cafe Flesh – « I Dumped My Wife I Killed My Dog »

I Dumped My Wife I Killed My Dog[Album]
01/03/2009
(Head/Autoproduit)

Connue pour être la ville natale de François Mitterand, Jarnac n’en reste pas moins le trou du cul du monde pour beaucoup de Français. Ce qui n’empêche pas cette petite ville de la Charente de faire sérieusement son trou sur la scène rock français, en comptant à son actif toute une génération de musiciens élevés à la petite goutte de cognac dans le biberon. De tous, de Gatechien à Jettators, en passant par les Headcases, Cafe Flesh est sûrement le groupe qui en porte le plus les séquelles. Véritable Jesus Lizard hexagonal, auteur d’un « A Pig On The Dancefloor » qui arborait fièrement le logo Noise Amphetamine Reptile comme pour afficher bien haut ses plus solides influences, le combo remet le couvert avec un « I Dumped My Wife I Killed My Dog » à l’humour notable et toujours aussi décapant. Comme sa musique d’ailleurs, même si une connotation blues se fait cette fois beaucoup plus sentir. Mais l’essentiel est conservé intact: une gorge profonde à la Tom Waits, un saxophone toujours prêt à bondir à la tombée des guitares, des compositions brutes de décoffrage qui battent le fer pendant qu’il est encore chaud, et ce petit grain de folie hérité de ses aînés revendiqués, des Cows à Jesus Lizard en passant par Unsane. Le tout avec assez d’inspiration pour décliner la recette en douze titres contribuant à la belle cohérence de ce nouvel album. Cafe Flesh continue donc sur sa lancée, sans faux pas ni fausse note, tricote ses neurones histoire de vous habiller chaudement pour l’hiver. Préparez vous à quelques suées fiévreuses..

Ecoutez un extrait ici.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire