Burning Heads – « Bad Time For Human Kind »

Bad Time For Human Kind[Album]
13/03/2006
(Opposite/Codaex)

C’est en mars 2003 que le dernier album des Burning Heads, « Taranto », sort sur Yelen, label de Sony voué à disparaître lors de la fusion avec BMG. Coup dur pour les orléanais désormais face à deux options: continuer de confier leurs disques à une structure aux objectifs commerciaux, ou monter leur propre label pour avoir une emprise totale sur leur activité. La réflexion ne fut pas longue et Opposite Records voit le jour, sort quelques temps après le (décevant) split avec les Unco avant de se consacrer à la sortie de « Bad Time For Human Kind », dernier-né autoproduit de la désormais impressionnante discographie du combo

Quinze titres en un peu plus de trente cinq minutes, les Burning Heads ne se sont peut-être jamais révélés aussi expéditifs. Il faut dire que depuis quelques temps, les orléanais retournent progressivement à leurs premières influences, laissant peu à peu de côté un répertoire punk mélodique popisant au profit de quelques titres hérités du hardcore mélodique des années 80, Dag Nasty et consorts en tête (« Get That Gun Off My Chest », …). « Bad Time For Human Kind » ne fait donc logiquement pas office de déviation. Têtes baissées, les Burning Heads foncent donc sans économiser leur énergie, sans épargner cordes et fûts, délivrent quelques textes vindicatifs (« Power Is The Poison », « Going Nowhere », « Spirit Of 68 ») afin de réveiller une jeunesse qui s’endort. Car si les bonshommes n’ont pas oublié une chose, c’est que le punk se doit de réveiller les consciences plutôt que de se laisser ramollir par une conjoncture politique et médiatique manipulatrice (« Songs For The Majors »). Ainsi, même si on a connu le groupe beaucoup plus accrocheur et tubesque (à l’exception ici de « Who Wants To Join? » et de l’excellent « A Whole Life »), quelques titres comme « Show The Way (You Really Are) », « Tomorrow The Strike », « The Fuse », ou le dubisant « Glass Ceiling » qui termine l’album, s’inscrivent parmi ce que les Burning Heads savent faire de mieux

« Bad Time For Human Kind », agrémenté de vidéos et photos en bonus, n’est donc pas la déception attendue et pressentie par le split avec les Uncommonmenfrommars, mais n’est clairement pas non plus le meilleur album des orléanais, de plus en plus old school, comme opérant une (trop?) rapide marche arrière.Alors, quitte à lorgner vers le passé, on préfèrera sans problème se réécouter un « Super Modern World », un « Be One With The Flames » ou un « Escape ». Quoi qu’il en soit, hormis une production un poil plus légère, rien ne vient remettre en cause la crédibilité du groupe et son retour à une totale indépendance, surtout pas le prix de l’album défiant toute concurrence..

En écoute

1. After Me The Storm     
2. Get That Gun Off My Chest     

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire