Bunzen – « Rage & Furie »

Rage & Furie[Maxi]
01/07/2004
(Matière Première/Venus)

Après un premier maxi qui n’est pas passé inaperçu auprès des vrais amateurs de bon son, c’est avec plus que de l’impatience qu’on attendait des nouvelles de Bunzen, qui plus que jamais fait office de défenseur d’un vrai hiphop

Nul besoin de tergiverser, une fois de plus, la claque est inévitable. Et encore une fois, ils sont accompagnés par des artistes plus que prestigieux, ayant reconnu sûrement en eux, de dignes représentants d’un style musical peu exploré en France. Introducing Oh No, frère de Madlib, Mc-Producteur californien, issu de la nébuleuse d’Oxnard. Asco nous raconte leur rencontre : « Après l’enregistrement du titre avec Wildchild, celui-ci est retourné en Belgique pour le festival de Dour retrouver ses compagnons de tournée dont Oh No faisait partie, et lui raconte son expérience avec tellement d’enthousiasme que ce dernier a décidé de nous rencontrer, de monter à Paris, et d’enregistrer un morceau avec nous. Il nous a appelé, on s’est entendu direct, même si on était pris de court. C’était à l’arrache pour lui comme pour nous, lui pour se déplacer, conduit en voiture par des amis, et nous pour trouver un studio dans la foulée (un 2 pièces dans une cité HLM de la Courneuve). Malgré ces conditions, l’émulation de cette rencontre, l’échange qui s’est opéré, dépassant le cadre d’une simple collaboration, s’est transformé en alchimie musicale qui donne une saveur particulière à ce morceau et nous laisse un souvenir impérissable« 

Et ce n’est pas fini. Si le morceau « Rage Et Furie » est produit dans sa version originale par Baptman et Robin (the boy wonder) de façon très originale, avec un beat ultra efficace et entraînant, autant dire un petit bijou, que dire du remix de Vadim, qu’on sent avoir mis tout son coeur dans ce travail d’orfèvre, mettant en valeur le flow, toujours plus aiguisé de nos deux Mc. « Vadim s’étant retrouvé avec notre premier maxi dans les mains, il nous a contacté dans la foulée et de là, une collaboration active s’est mise en place, l’accompagnant sur quelques concerts londoniens et parisiens, notamment à Bristol lors d’un concert mémorable. De là est née sa volonté de remixer un de nos morceaux et d’être présent avec nous sur ce nouveau maxi afin de prolonger l’aventure Bunzen. »

Cerise sur le gâteau, une production mélancolique signée Astronote, ou Asco et Kahlil nous montrent une autre facette de leur art, puisque plus profonds, plus engagés, mais toujours touchants. « Sur cette version plus posée, on a voulu parler du danger d’une banalisation de toutes les formes de violence dans notre environnement, aussi bien venant du quartier, que du monde du travail et de la société en elle-même. Ajoutons qu’on a été bluffé par le talent et l’humilité de ce jeune producteur d’Orléans dont vous entendrez sûrement parler dans un futur proche« 

Bluffé, nous aussi nous l’avions été lors de leur premier maxi, et ce n’est pas près de s’arrêter. Car en plus de la qualité dans la création pure, le mix et le mastering sont à un niveau rarement atteint. « On tient à remercier Vadim qui nous a permis de mixer le maxi chez lui et aussi Alan Mawsdley (ingénieur du son chez Def Jam UK)« . Donc que dire de plus sinon qu’il vous reste à vous précipiter chez votre disquaire pour vous procurer ce maxi dont la pochette est, en plus, terrible. Bunzen, où l’art de mettre la barre toujours plus haut.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire