Buck 65 – « Talkin’ Honky Blues »

Talkin' Honky Blues[Album]
16/09/2003
(Warner/Warner)

Cela ne fait que six mois que Buck 65 nous a sorti un « Square » conceptuel qui marquait le début d’une nouvelle étape, puisque Warner lui promettait une exposition plus adéquate à son talent. Aujourd’hui, la créativité incessante du canadien s’illustre une nouvelle fois avec « Talkin’ Honky Blues », un album plus classique, sans concept mais qui sonne le glas de la maturité, et affiche sans pudeur la personnalité artistique plus marquée de Buck 65 autant au sein de la scène hip hop que de la scène musicale toute entière

Si on passera rapidement sur « Leftfielder » qui fait plutôt ici figure d’introduction, « Talkin’ Honky Blues » débute vraiment sur « Wicked & Weird » qui nous fait découvrir un Buck 65 plus énergique qu’à l’accoutumée, déballant ses rimes à un rythme effréné, laissant la version s’exprimer par le biais de quelques passages rappelant que nous n’avons pas ici affaire à un hip hop banal. L’appellation blues de ce nouvel album s’applique plus logiquement ensuite, comme sur « Riverbed Part 1 », « Riverbed Part 2 », ou le canadien semble s’être inspiré des arpèges et des mélodies texanes de Calexico pour alimenter son morceau. Non content de se suffire à une seule influence, Buck 65 ne s’éloigne pas pourtant des ambiances des opus précédents (« Exes ») même si la qualité du son s’est largement améliorée et que les versions semblent bénéficier d’une profondeur sans précédent chez l’artiste (les basses sont plus présentes et plus originales, les versions sont incontestablement plus musicales, peaufinées et cinématographiques)

Jetez par exemple une oreille sur « Sore », empruntant des penchants reggae avec un riddim discret mais bel et bien là, « Protest », qui nous laisse penser que Buck n’est pas resté insensible à l’approche d’un RJD2, « Roses And Blue Jays », mi-dub mi-blues, « Riverbed Part 3 », à l’instrumentation accrocheuse et variée avec notamment ces quelques notes de guitare acoustique aux allures de berceuse, « 50 Gallon Drum » et « Riverbed Part 4 » et leurs obscures profondeurs chères à Boom Bip, et bien d’autres joyaux qui sauront vous séduire

Si ce n’est évidemment pas le cas, « Talkin’ Honky Blues », par son professionnalisme et son perfectionnisme, pourrait laisser penser que les précédents opus sont nés trop rapidement. Ici, on est en présence d’un grand Buck 65 qui prend de cours une grande partie de la scène néo hip hop et affirme un style bien personnel comme pour mieux justifier son statut de « Tom Waits du hip hop » largement entendu dans la presse. Si on pourrait encore reprocher un flow un peu trop linéaire qui semble définitivement faire son style, ce tout petit reproche est largement compensé par la désormais grande qualité de ses versions. Buck 65 a pris son envol, a presque créé son propre style, et rien ne semble maintenant pouvoir l’arrêter..

Ecoutez un titre sur le nouveau site de Buck 65.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire