Brain Damage – « Spoken Dub Manifesto »

Spoken Dub Manifesto[Album]
03/04/2006
(Jarring Effects/Pias)

La scène dub française se court après. Entendez par là que les jeunes recrues suivent le chemin tracé par les références françaises du genre qui, elles, recherchent, parfois en vain, une innovation constante. Brain Damage y officie depuis des lustres et surprend une nouvelle fois avec « Spoken Dub Manifesto », un troisième album presque conceptuel puisque s’inscrivant dans la lignée « Dub Poetry », genre que Prince Far I ou LKJ ont étendu dans les années 70. Car si le terme « Spoken Word », poésie récitée et parlée, est souvent affilié à la scène hip hop, il s’adapte aussi parfaitement à l’univers musical du dub. Brain Damage en fait la parfaite démonstration en collaborant ici avec plus d’une dizaine de poètes, écrivains et vocalistes tous bien différents les uns des autres, et s’impliquant dans ce projet de manière toujours personnelle et variée

Parmi eux, Mark Stewart (un des principaux acteurs du rapprochement entre une certaine black music et le punk rock anglais des années 80, fondateur du Pop Group et collaborateur d’Adrian Sherwood), Subtitle (moitié de Labwaste, membre du Project Blowed), Dylan Bendall (guitariste de Lab°, membre de General Dub, et poète/vocaliste surprenant), Hakim Bey (controversé et provocateur, il est à l’origine d’une redéfinition de l’Islam hérétique et reste une des influences philosophiques et virtuelles du réseau internet), Black Sifichi (déjà entendu chez Brain Damage et Ez3kiel entre autres), Suzanne Thoma (compositrice, productrice et chanteuse au sein d’Octet), ou Ted Milton (chanteur de Blurt, groupe no wave/post punk légendaire). Mais la richesse et l’innovation de ce « Spoken Dub Manifesto » ne se résument pas uniquement à sa longue liste de vocalistes invités. Musicalement aussi, le groupe a fait appel à de multiples instrumentalistes qui ont permis au groupe de n’utiliser que des samples composés et interprétés. D’où, l’utilisation de percussions, vibraphone, flûtes orientales et expérimentations electro acoustiques par exemple qui ne viennent qu’amplifier l’impact musical de ce nouvel opus

Brain Damage semble avoir ouvert en grand les portes de son univers, se laissant la grande liberté de devenir un projet artistique avec un grand A avant de n’être qu’un simple duo musical. Du coup, l’originalité est plus que jamais de mise et ce « Spoken Dub Manifesto » bénéficie amplement de l’ouverture d’esprit de ses géniteurs. Du coup, Brain Damage passe du stade de l’éventuelle surprise, à celle de la surprise évidente. Un signe de maturité, incontestablement..

En écoute

1. Sterile     
2. Fenêtres     

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire