Born Ruffians – « Say It »

born1801Album
(Warp)
31/05/2010
Rock indé

Etonnant qu’un groupe revendiquant Franz Ferdinand comme influence majeure ait pu trouver refuge sur Warp. D’autant que contrairement à leur nom, les Born Ruffians sont plutôt de gentils garçons, et ce deuxième album ne nous fera pas affirmer le contraire. Bien loin des expérimentations d’Aphex Twin, de PVT ou de Battles, « Say It » contribue plutôt en effet à fournir la longue liste des groupes de rock-indé dont les tubes accompagnent les amourettes d’été. Ses affinités avec Tokyo Police Club ne rassurent pas plus.

Pourtant, une fois toutes ces idées-reçues mises au placard, ce deuxième album de Born Ruffians s’avère être une vraie réussite. Passé le pompeux « Oh Man », efficace mais alignant les clichés folk, « Say It » regorge de bonnes surprises. Ainsi, « Retard Canard » fait un très bon interlude avant le single « What To Say » qui fleure bon la mélancolie entêtante, où lyrisme et épure fusionnent sans aucune incompatibilité. Vient peu de temps après « The Ballad of Moose Bruce », l’alter-ego sanguin du single dont le démarrage tout en douceur cache un final incendiaire. Les suivants « Higher&Higher » et « Blood, The Sun & Water » – rappel ingénieux au premier album « Red, Yellow & Blue » – confirment que les Canadiens n’ont pas totalement laissé de côté l’énergie électrique qu’on leur connaissait. Je serais peut-être le seul à mettre sur un piédestal « Nova Leigh »: mélopée superbe, tour à tour retenue, fougueuse et exaltée.

Au final, « Say It » constitue la réponse parfaite de Born Ruffians à Vampire Weekend, avec des compositions abstraites de tout artifice, certes plus fragiles, mais plus sincères. Le chant de Luke Lalonde constitue un fil rouge des plus enivrants, permettant au reste du groupe de se mettre au diapason, sans en faire trop. Cet album prouve donc que le groupe évolue progressivement, à son rythme, sans cabotiner. L’égide de Warp n’y est probablement pas pour rien. Certes, « Say It » ne révolutionne rien et n’empêchera pas Born Ruffians d’être qualifié d’énième groupe rock indé. En revanche, peu de ces groupes ont à leur actif un album aussi spontané.

En écoute


Disponible sur
itunes24

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire