Bootchy Temple – ‘Childish Bazar’

Bootchy Temple – ‘Childish Bazar’

Album /  Howlin Banana – Hellzapoppin / 05.05.2017
Pop psychédélique

Printemps 2017, la Banane Hurlante continue son tour de France des groupes à découvrir urgemment, pose son micro à Bordeaux, et vient braquer la lumière sur le Bootchy Temple. L’antre de la poitrine opulente, un nom funky qui transpire le Black is Beautiful et les chaînes en or, mais il en n’est absolument rien : les gardiens du temple sont maigrichons, mal peignés, et leur musique ramène vers les années 80, version pop psychédélique.

Après ‘The Gardener Sleeps in his Golden Bed’, premier album paru chez Bongbastic Records en 2015, voici donc ‘Childish Bazar’ en co-production chez Howlin Banana et Hellzapoppin Records. Un nom qui colle bien à ce disque qui a la tête au pays des rêves, l’imagination florissante de ceux qui n’ont pas encore été frappés trop durement par la réalité, ou qui la refusent pour rester enfants. L’histoire d’une femme volante qui a fait un pacte avec le vent précède celle d’un amour impossible entre deux êtres vivants, dans les profondeurs marines et haut dans le ciel. Peut être enfantin, mais les contes ont parfois des doubles sens plus vicieux. Des hypothèses font bien de Alice au Pays des Merveilles une ode au LSD ! Il n’y a plus qu’un pas à faire vers les Byrds tant le Bootchy Temple a hérité de ce souci de la mélodie soignée aux accents folk (‘A Sad Flower in the Sand’), sauf que les vestes de velours motif Paisley ont fait place aux pull-overs et aux parkas, des accoutrements des années 80-90 : des décennies dont on retrouve ici la pop acidifiée et faussement candide (‘The Boy’s Fate’).

Hormis ‘Walkin’ On’, désagréable par sa dissonance, c’est un disque joliment inspiré qui se trouve derrière cette pochette mi-comic mi-champêtre signée Inaniel Swims. Les Bordelais ont désépaissi leur son par rapport au premier album, et montrent au grand jour un vrai talent pop ou l’insouciance affichée n’est qu’apparente, et ou la légèreté ne cache pas une pointe de mélancolie. Il n’est jamais anodin de se replonger dans son ‘Childish Bazar’.

ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
‘The Flying Woman and her Secret Pact with the Wind’, ‘Space Bubble’, ‘A Sad Flower in the Sand’


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.