Boca River – ‘Away’

Mini album / Cranes Records / 02.03.2015
Shoegaze pop noise

Le retour des beaux jours approche. Bientôt, nous allons pouvoir rouvrir les fenêtres pour profiter d’une brise tiède. Puis, à l’occasion d’une fin de journée lumineuse et orangée, bercés d’une certaine langueur nous laisserons les doux rayons du soleil caresser notre visage… Alors, quand ce moment viendra, ce disque de Boca River, dernière recrue de l’écurie Cranes Records, fournira une bande son idéale.

Fondé sur les cendres de Verbal Kint’s Gone, le groupe rennais nous offre six morceaux d’une pop shoegaze crépusculaire et éthérée, à la puissance nostalgique certaine. Tels leurs aînés des années 90, Slowdive en tête, Boca River enveloppe son songwriting dans des couches de guitares vaporeuses et plaintives, dont les notes s’étirent parfois tels des gémissements. On flotte dans un univers ouaté taillé pour la rêverie et la mélancolie. Particulièrement remarquables, le somptueux ‘Doomsday Killer’ qui ouvre l’album, et le fabuleux ‘Two Miles Away’ avec sa très raffinée sous-couche de guitare sèche.

Les passages plus bruitistes, notamment sur ‘Surgery’ ou ‘Whale Song’ soulignent tout de même l’héritage shoegaze ‘façon mur du son’ à la My Bloody Valentine. Mais le groupe ne pousse jamais trop loin ces expérimentations et ne s’y attarde guère, préférant carrément assumer son côté rock avec le très surprenant ‘Coffee Dance’, hyper rythmé et envoyé en à peine plus de deux minutes. Seul bémol, mais comme souvent quand on touche au shoegaze: l’absence de mélodies vocales fortes, ce qui empêche peut-être au groupe de placer sur ce disque au moins un véritable ‘hymne’ pop. En même temps, ce n’est peut-être pas le but recherché par Boca River… Mais juste par curiosité, on aimerait bien voir.

‘Doomsday Killer’, ‘Coffee Dance’, ‘Two Miles Away’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire