Bloc Party – « A Weekend In The City »

A Weekend In The City[Album]
18/02/2007
(V2/Warner)

Il faut bien le dire, « Silent Alarm » le premier album des Anglais de Bloc Party, avait fait grand bruit, presque au point de nous casser la tête. Quelques maxis avaient fortement mis leur musique en bouche, mais l’arrivée de ce premier disque plus qu’attendu nous avait laissé quelque peu sur notre faim. Aujourd’hui, il ne reste qu’une petite poignée de tubes qu’on accepterait encore de se resservir, sans grand enthousiasme pour autant. Ce qui n’a pas empêché le groupe, alors aux frémissements de la vague revival qui allait déferler, de squatter les charts du monde entier. Ce qui, entre nous, n’est pas toujours gage de grande qualité

À l’heure de ce « A Weekend In The City », le charismatique leader du quatuor, Kele Okereke, l’avoue sans peine: « Silent Alarm » jouait trop constamment la même carte de l’émotion pour repartir à l’identique. Il leur fallait désormais confirmer, en se renouvelant. Ce que Bloc Party ne s’est pas privé de faire car ce nouvel album, sans totalement dépayser (« Hunting For Witches »), déconcerte légèrement dés les premières écoutes. Les Anglais ont changé, appuient désormais un peu plus leur patte musicale, le chant diffère nettement, et on sent un Bloc Party dorénavant prêt à prendre quelques risques en cherchant à bousculer l’auditeur plutôt qu’en courant après les tubes. Le tout en adoptant comme concept une description bien personnelle d’Okereke de l’Angleterre d’aujourd’hui, un point de vue qu’il a cherché à transformer en fil rouge tout au long de cette douzaine de titres

Du coup, ce « A Weekend In The City » prendra à contre-pied ceux, nous en premier, qui s’attendaient à une nouvelle salve de rock putassière. « Uniform », et le mélancolique final « SXRT », prenant comme titre le nom d’un antidépresseur, soulignent le talent du groupe à orchestrer ses compositions, et en sont de parfaits exemples. Incontestablement, ce nouvel album, plus profond et réfléchi, gagne en goût lorsqu’on multiplie ses écoutes. Ainsi, l’auditeur recherchant uniquement une efficacité immédiate, sans avoir à creuser un minimum, passera très certainement à côté des meilleurs titres de ce disque (« The Prayer » par exemple). En cela, Bloc Party a gagné en maturité, et passe haut la main ce stade si dangereux de la confirmation. Pourtant, il y a fort à parier que « A Weekend In The City » n’atteindra pas les ventes de « Silent Alarm ». Quand on vous dit que les charts ne reflètent rien qui vaille..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire