Bleubird – « Rip U$A (The Birdfleu) »

Rip U$A (The Birdfleu)[Album]
27/02/2007
(Endemik/La Baleine)

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour mon rédac-chef vénéré (« Il nage bien, le chef… »). La bonne, c’est qu’il y a encore des collaborations entre Bleubird et Alias sur le nouvel album du résident canadien, comme il le souhaitait à la fin de la chronique du maxi « Pilgrim of St. Zotique »… La mauvaise, c’est qu’il n’y en a que deux, dont le très beau « Hell Country » qu’on trouvait déjà sur ledit maxi, ainsi que la deuxième moitié du morceau « Weasel + Bird + Tiger », c’est dire à peu près une minute de musique… Forcément, ça fait un peu maigrichon comme bonne nouvelle..

On retrouve d’ailleurs trois autres titres, sur les sept que comptait le maxi, parmi les 17 plages de ce nouveau « Rip U$A (The Birdfleu) », à savoir les excellents « Duct Tape Rubber Room », « I Make Weird » et « Everything Up (feat. Subtitle) ». Les choses n’ont guère changé non plus du côté du crew de Bleubird: Scott Da Ros (le boss du label Endemik qui sort encore ce disque), Skyrider, et Sole sont eux aussi à nouveau de la partie pour la production. Le titre de l’album montre que le MC originaire de Floride n’a pas changé non plus de thème de prédilection (diatribe anti-Bush), ni de méthode (humour décapant, cf. les jeux de mot du titre). Quoi de neuf alors pour vous donner envie d’écouter ce « Rip U$A »

Eh bien, si Bleubird aura encore manifestement du mal à se débarrasser de cette éternelle comparaison avec Sole (le boss d’Anticon posant aussi sa voix sur un « Black Hawk Down » qui n’aide franchement pas à différencier les deux hommes), ce nouvel album mérite quand même le coup d’oreille pour une simple et bonne raison: il contient son lot de bombes à retardement. Hormis les morceaux précités, essayez donc le « Very Beautiful Dangerous Jokes », produit par l’italien Nuccini!, le superbe « Switchblades » signé par Maker (le producteur de Glue), le quasi post-punk « Drunk On Movement » avec les canadiens de INSTRUMENTS, l’énervé « Kill Guys » ou encore le hip folk « God’s Gun » en compagnie du chanteur de country/folk Jim Wurster. Vous devriez quand même trouver de quoi patienter quelques semaines..

Encore trop ancré dans une mouvance post-Anticon pour réellement surprendre, Bleubird avance néanmoins doucement vers une reconnaissance méritée. Ce « Rip U$A » prouve à nouveau son savoir-faire et son bon goût. Il faudra toutefois un je-ne-sais-quoi en plus pour passer dans le camp des défricheurs… Une nouvelle qu’on ne demande qu’à vous annoncer dans la prochaine chronique

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire