Blackpool Lights – « This Town’s Disaster »

This Town's Disaster[Album]
26/06/2006
(Curb Appeal/Import)

The Get Up Kids ont marqué au fer rouge la vague power pop du début de ce 21ème siècle, celle qu’on aura vite qualifié d’émo, au point d’avoir généré une multitude de bambins qui n’auront fait que marcher sur leurs traces, et rendu le genre quasi imbuvable. C’est peut être pour cette raison, ainsi qu’une maturité de musicien grandissante au fur et à mesure que le combo prenait de l’âge, qu’ils auront opéré un virage assez radical, plus pop que toute autre chose, avec leur album « On a Wire« . C’était en 2002, et tous les aficionados de l’incontournable « Something To Write Home About » s’en voyaient totalement décontenancés

Il faut croire que Jim Suptic lui-aussi, guitariste du groupe, se sera finalement montré nostalgique de cette période ou les mélodies n’allaient pas sans l’énergie. Preuve en est son initiative de mettre Blackpool Lights sur pied dés 2004, soit un an avant que The Get Up Kids jettent définitivement l’éponge, afin de plus ou moins reprendre les choses là ou il les avait laissées (« Blue Skies »). En effet, difficile de ne pas évoquer son précédent groupe à l’écoute de « This Town’s Disaster », un premier album sorti en 2006 sur le propre label du combo (Curb Appeal Records), en tous points marqué par une approche mélodique et une production immédiatement reconnaissables

Pourtant, difficile d’accabler Suptic tant ce savoir-faire semble être chez lui des plus naturels, tant ses compositions se révèlent tubesques et fluides (« Unlucky »). Une évidence quand « This Town’s Disaster » ouvre le bal, armé de ses riffs discrets alternés avec des accords vindicatifs, et d’un chant transformant chacune de ses tentatives en hymne post adolescent. Car Blackpool Lights accouche sans prétention de ces albums rock n’roll certes typiquement américains, prévisibles, bourrés de gimmicks bien connus et servis à toutes les sauces, mais dotés d’une fraîcheur toujours appréciable quand beaucoup ne font que dégager une odeur de moisi nauséabonde

Cela se vérifie tout autant en version électrique ou acoustique sur les excellents « Empty Tank », « Maybe Just Maybe » et surtout sur « Goodnight To Romance » qui, soudainement, nous fait prendre conscience que Suptic était sûrement pour beaucoup dans le succès international des Get Up Kids. « This Town’s Disaster », même s’il s’essouffle quelque peu sur la longueur du fait de son contenu très édulcoré, s’impose parmi les incontournables du genre. Alors, cet album ultra recommandé ne courant pas les bacs, que les aficionados de la power pop y voient un nouveau et beau challenge à relever, ainsi que quelques cheveux à s’arracher

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire