Black Milk – ‘No Poison No Paradise’

Album / Fat Beats / 15.10.2013
Hip hop

Forteresse culturelle envoyant régulièrement ses meilleurs rappeurs à la conquête du vaste monde, Detroit sait aussi garder en son sein quelques éléments indissociables de sa longue et riche histoire, parmi lesquels Slum Village, J.Dilla, Elzhi et… Black Milk. Si ce dernier nous intéresse aujourd’hui, c’est parce que ‘No Poison No Paradise’, son dernier album, le sixième déjà, est le plus accompli de sa carrière. Retiré à Dallas pour composer, le bonhomme a mis dans ce dernier effort solo toute la science de sa grosse tête enfouie sous une double casquette de producteur/rappeur.

Fruit de cette progression, ‘No Poison No Paradise’ est l’album représentatif d’un échelon au dessus, ou tout sonne plus gros, et plus beau. N’ayant négligé aucun des deux aspects qui le caractérisent, le rappeur du Michigan a construit de morceau en morceau l’histoire du jeune Sonny, alter ego du Black Milk adolescent, agissant comme une présence parfois glissée entre deux notes, parfois imposée, comme lors de la doublette ‘Sunday’s Best’/’Monday’s Worst’ dont la production apaisée laisse place au fracas de la rue.

Outre l’ambition du rappeur, il faut saluer ici la maîtrise du producteur qui n’a jamais semblé ratisser aussi large ses influences, confrontant nouveaux et anciens matériaux sur un ‘Interpret Sabotage’ imposant tout naturellement ses jolies boucles de synthés auprès d’un feat féminin tout à fait classique. Jusqu’à l’ultime conclusion, une seule consigne sera à l’œuvre ici: celle de tout oser, de l’instru central ‘Sonny Jr(Dreams)’ au surprenant passage free jazz sur le très beau ‘Perfected On Puritan Ave’.

Pas de place au doute ici: ‘No Poison No Paradise’ est bien le meilleur album de son auteur, le plus ambitieux et le plus décomplexé. Les deux casquettes ne forment plus qu’une seule entité, celle d’une figure imposante, qui pose désormais sa lourde patte sur sa ville natale, prêt à franchir n’importe quelle nouvelle dimension, avec ce chef d’œuvre sous le bras en guise de passe-droit.

‘Sunday’s Best’, ‘Monday’s Worst’, ‘Perfected On Puritan Ave.’, ‘Dismal’, ‘Money Bags (Paradise)’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire