Black Dice – « Mr Impossible »

dice180Album
(Ribbon Music)
09/04/2012
Electro rock bruitiste

En son temps, le théoricien Theodor W. Adorno estimait que notre rapport à l’autorité parentale commençait sérieusement à s’estomper. S’il disait vrai, on peut supposer que Black Dice profite de ce manque d’emprise pour se révolter et faire prévaloir ses intentions: s’éloigner au maximum du quadrillage établi par le commerce musical. Tache à laquelle il ne cesse de travailler depuis.

Après des passages réussis chez DFA et Fat Cat, Black Dice, pour célébrer son premier album chez Ribbon Music, ne tient plus en place. Histoire de ne pas perdre le temps qu’il n’a plus, le trio new-yorkais cogne, et fort! Et rien ne l’arrête. Heureusement d’ailleurs qu’il sait autant mettre le bordel qu’agencer, car c’est dans ce mélange de dépouillement et de sophistication que ses mélodies à bascule, ses hymnes dysfonctionnels et ses samples martyrisés trouvent un point de chute singulier et brut (« The Jacker », « Spy Versus Spy »…).

« Mr. Impossible », son dixième album, est comparable à ces histoires de super-héros qui alimentent les cerveaux fantaisistes des jeunes et qui transforment leurs corps en objets électrisés et électrisant. A la fois toxiques et teigneux, les superpouvoirs de « Mr. Impossible » sont multiples et peu banals: grâce à un son noise rock aux références électro et indie rock, l’album peut glacer l’air, geler le sang des auditeurs tout en ordonnant un rythme en une composition désordonnée. Ou comment créer un son à transcender les macchabées. Parfois à la limite de la surcharge, même s’il s’en sort toujours par une pirouette inattendue, Black Dice livre un disque où la dérision demeure la norme et la grille harmonique une fiction.

Malheureusement, il faut nous rendre à l’effrayante évidence, Black Dice  résume parfaitement l’esprit bricoleur d’Ikea: on a beau avoir le mode d’emploi, ça reste difficile à comprendre. Chaque note doit donc être analysée, démontée puis remontée telle quelle ou sous une autre forme afin d’offrir une cohérence à l’ensemble. On comprend l’intérêt mais on en perçoit les limites.

En écoute

itunes4

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire