Black Bug – « Reflecting The Light »

black1801Album
(Hozac)
26/03/2013
Synth-punk de cave

Il y a peu, trois économistes de Paris I ont affirmé – à l’aide de données solidement établies – que l’immigration était salvatrice pour la bonne santé du  PIB de notre chère nation. À l’évidence, la masse de travail accomplie pour parvenir à cette heureuse conclusion aurait pu être évitée par la simple écoute de « Reflecting The Light ». Le Royaume de Suède mérite à ce titre tous nos éloges pour nous avoir envoyé un de ses représentants les plus audacieux.

Sujet d’un bouche à oreille élogieux depuis plus de deux ans, le trio n’usurpe pas son patronyme au regard du nombre d’appareils auditifs qu’il a déjà infecté. Composé par le seul membre originel de Black Bug, Johan (également membre des très bons Lonely Walk), « Reflecting The Light » réunit toutes les qualités d’un disque appelé à perdurer. Bref, abrasif et noir, ce premier album alterne en à peine une demi-heure hymnes générationnels (l’immense  »Threads »,  »Slay Them »,  »TV Screen »), épopées synthétiques ( »Önskestenen »,  »Delta ») et lyrisme éthylique ( »Nightstick »). Et si Carpenter est allègrement cité ici ou là pour évoquer les symphonies de Black Bug,  »Reflecting The Light » tient bien plus de la passerelle entre A Place To Bury Strangers et le Von Sudenfed de Mark E. Smith. Sauf qu’ici, le combo bouffe allègrement ces deux références, simplement parce qu’il n’y a rien de chic, rien de propre dans ses morceaux. Pourvu que Black Bug reste dans les caves et les clubs, le joyau est trop brut pour être abusivement poli.

 »Reflecting The Light » pue l’urgence, celle vécue par un Suédois échoué à Bordeaux et décidé à y faire de la musique pour ne pas se contenter d’y boire des bières. En ce qui nous concerne, on reprendra bien une autre tournée.

itunes12

En écoute

À lire ou écouter également:

Une réponse à Black Bug – « Reflecting The Light »

  1. François 11 avril 2013 à 13 h 09 min #

    L’album est sorti sur XVIII Records pour la France et l’Europe, en version vynil si je ne m’abuse 😉

Laisser un commentaire