Beach House – ‘7’

Beach House – ‘7’

Album / Sub Pop / 11.05.2018
Dream pop


Un nouvel album de Beach House s’accompagne immanquablement d’une impatience fébrile, d’autant plus lorsque celui-ci est annoncé comme celui de la renaissance et du rajeunissement (rien que ça).  Levons le voile d’emblée, le duo dream pop fait honneur à sa réputation en se permettant le luxe, après 13 ans d’existence, de bousculer ses propres certitudes.

Ce renouveau se situe notamment au niveau du processus créatif, fait de mini sessions étalées sur 11 mois en différents endroits des États-Unis, et d’une nouvelle production plus intimiste. L’alchimie qui a propulsé le groupe au rang d’icône de la dream pop est bien présente, mais voit celui-ci développer de nouvelles textures. La réverbération est moins présente, faisant place à une atmosphère plus épaisse et nettement plus psychédélique.

La présence de James Barone, leur batteur en concert, témoigne de cette volonté de renouvellement, et amène plus de dynamisme et de puissance que l’habituelle batterie pré-programmée des albums précédents. Dark spring affiche d’emblée ce dynamisme nouveau. Les notes envoûtantes de xylophone précédant l’irruption de batterie nappée d’orgues sur Black Car en est une belle représentation. Le cinématographique Dive invite lui aussi au voyage introspectif… Le morceau s’emballe subitement après deux minutes complètement statiques agrémentées de chants incantatoires.

Leur travail est également ancré dans l’actualité. Les débats et discussions liés au sort des femmes dans notre société (le fameux #metoo) ont accompagné leur processus créatif.  La pochette construite à partir de collages, en noir et blanc, autour de l’image spectrale d’un visage de femme le rappelle sans détours. Autre nouveauté, Legrand, qui a grandi en France, chante pour la première fois en français sur l’Inconnue, qui fait inconsciemment référence à L’inconnue de la Seine, tableau qui habitait les maisons d’artistes bohèmes parisiens dans les années 40 à 60.

Le groupe revient avec un album renouvelant singulièrement son processus créatif, sa production et sa musique. Cette 7ème œuvre explore de nouveaux horizons musicaux avec un son plus brut saupoudré de psychédélisme, mais comme toujours brillant.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Dark Spring, Black Car, Lemon Glow, Dive


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.