Baths – ‘Ocean Death’

EP / Anticon / 05.05.2014
Electronica

Ceux qui ont pu voir Will Wiesenfeld en live sur la tournée de son dernier album ‘Obsidian‘ auront sans doute remarqué l’envie du bonhomme d’improviser, en ayant tendance à appuyer sur le champignon des bpm, ou autres pulsions destinées à transformer la salle de concert tantôt en club, tantôt en piano bar. Presque un an après la sortie de son second opus, Baths – aujourd’hui officiellement en duo – ouvre une parenthèse avec cet EP contenant cinq titres inédits. Alors que l’éponyme et mélancolique ‘Ocean Death’ fut composé bien avant son premier album, tout porte à croire qu’il affichait un potentiel dansant peut-être un peu trop fort pour trouver sa place dans la discographie de l’américain. Jusqu’à aujourd’hui ou, alors qu’il ne pouvait définitivement pas pourrir dans un tiroir, il voit enfin officiellement le jour. Plus qu’un simple chanteur, Wiesenfeld s’y sert de sa voix comme d’un instrument, et enchevêtre différentes tonalités pour bâtir la mélodie à tiroir de ce joli morceau techno. Plus mélancolique encore, la deep techno popisée de ‘Fade White’ se rapproche du Baths que l’on connaît. L’auteur chante encore la mort, l’amour et la solitude avec une sensibilité toujours singulière et une habileté mélodique innée, d’autant plus turgescente sur ‘Voyeur’. Aussi, avec les deux ballades ‘Yawn’ et ‘Orator’ où la poésie et les notes de piano trouvent leurs repères sur de délicats craquements electronica, tout laisse penser qu’il y avait ici de quoi entamer un joli troisième album. Seulement, Baths a préféré temporiser avec cet EP respectable, ni plus ni moins qu’une belle transition pour la suite.

‘Ocean Death’, ‘Fade White’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire