Barth – « Cuchillo »

Cuchillo[Album]
21/04/2008
(Ici d’Ailleurs/Discograph)

Une chose est certaine, la musique de Barth ne va pas sans quelques généreux rayons de soleil, une température dépassant allègrement les vingt degrés, et la bonne humeur qui va avec. Ce Parisien, un temps exilé en cette Angleterre qui lui aura finalement donné les clés de son propre territoire, nous avait déjà fait le coup il y a deux ans avec son « Under The Trampoline« , deuxième album sous la houlette de Mike Pelanconi aka Prince Fatty (Lily Allen, Dub Syndicate, Gregory Isaac, Graham Coxon…), et son tube « The Last Wig », immortalisé depuis par une célèbre marque de jus de fruit qui a eu la bonne idée d’en faire la bande son de sa pub télé. Mais, ce succès croissant n’aura pas donné à Barth la folie des grandeurs. « Cuchillo », son nouvel essai mettant en scène un héros de films spaghetti placé malgré lui au centre d’aventures exceptionnelles, reprend brillamment les choses là ou, avec son éternel compère Axel Concato, il les avait laissées. Les deux ont donc de nouveau accordé leur confiance au producteur, sont repartis vers Londres pour le mettre en boite avec l’aide extérieure d’un batteur, d’un bassiste, de cuivres et d’une section d’une douzaine de cordes. Et si la variété du registre reste inchangée, Barth gagne incontestablement en cohérence, tissant sans mal un fil conducteur entre dub (« Pretty Countdown »), quelques chaloupes pop jamaïcaines (« Saliva On My Apple », « Tempête De Singe »), brûlots surf (« Dead And Alive », « La Mâchoire Américaine », « Dogs Slip Away »), et une poignée de ballades folk de haut rang (« Oh Dawning », « Omaha Boy »), qu’il éloigne des modes, conventions et stéréotypes grâce à une approche second degré essentielle à son oeuvre, et un timbre de voix lui permettant de jouer avec brio sur autant de tableaux. C’est d’ailleurs dans ce dernier exercice que Barth excelle, comme le prouve toute la pulpe de cet album concentrée sur « Global Hero », « Doggy Fight », et le brillantissime « Magic Wondermeal », premier single au destin tout aussi prévisible que « The Last Wig ». Malgré une personnalité artistique quelque peu volubile qui aurait pu le faire partir dans une toute autre direction, le Parisien confirme, approfondit, et prouve donc avec « Cuchillo » qu’il sait clairement ou il va. Du coup, c’est les yeux fermés, les oreilles grandes ouvertes, et avec une passion débordante qu’on suit le guide d’un été qui s’annonce aussi chaud qu’il y a deux ans

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire