Balkan Beat Box – « Nu Med »

Nu Med[Album]
14/05/2007
(Crammed/Wagram)

Balkan Beat Box, c’est au départ un duo formé par deux émigrés israéliens à New-York dans les années 90: Tamir Muskat, percussionniste imprégné depuis sa plus tendre enfance par la culture de sa mère roumaine, et Ori Kaplan, clarinettiste et saxophoniste talentueux. Depuis, le groupe des deux compères a fait du chemin, et c’est désormais dans le quartier de Williamsburg à New-York (qui rassemblait à l’origine les diasporas d’Amérique du Sud et d’Europe de l’Est, pour devenir plus récemment un centre artistique et polyculturel très en vogue dans la métropole) que l’expérience Balkan Beat Box a pris racine

Néanmoins, les deux compagnons de route n’ont pas choisi de s’enfermer dans leur face-à-face mais bien plutôt d’ouvrir leur projet à d’autres artistes, notamment européens, afin de renouer avec leurs origines et de faire de leur « balkan beat box » une interface de métissages culturels. A chaque spectacle des new-yorkais se retrouvent donc des musiciens espagnols, bulgares, marocains, palestiniens, israéliens, iraniens et turques pour un voyage musical au coeur de l’Europe orientale, particulièrement explosif et endiablé. C’est dans cette optique de rencontre et de partage que les Balkan Beat Box ont choisi d’intituler leur dernier album « Nu Med », abréviation de « Nouvelle Méditerranée », en référence à la conception d’une Méditerranée élargie et pacifiée dans la musique, transcendant les conflits politiques qui ensanglantent le Moyen-Orient

Ce deuxième opus des new-yorkais se présente ainsi comme un grand patchwork de sonorités, à dominante tzigane et balkanique, auxquelles sont néanmoins associées des touches électro et hip-hop. Tout ceci participe à la volonté clairement affichée par Muskat et Kaplan de « moderniser » des musiques du monde traditionnelles en y injectant tout un ensemble d’effets et de rythmes issus des dancefloors contemporains. Mais l’expérience ne s’avère malheureusement pas des plus concluantes… Car si ce « Nu Med » se trouve traversé par de très bons morceaux aux influences tziganes et orientales (« BBBeat », et ses percussions dansantes, « Gyspsy Queens » et ses cuivres chaleureux), il renferme aussi plusieurs titres assez lassants dans lesquels la pilule du mélange des genres est un peu dure à avaler (« Digital Monkey », « Pachima », « Delancy »). Les effets electro, souvent trop peu travaillés, ont en effet bien du mal à se fondre harmonieusement aux instrumentations riches et vitaminées qui, finalement, se suffisent à elles-mêmes. Dans le genre fusion, on retiendra tout de même « Quand Est-Ce Qu’On Arrive » et « Baharim », titres hybrides de reggae balkanique beaucoup plus réussis..

Au final, les Balkan Beat Box peinent donc à convaincre dans leur volonté de mettre au goût du jour des musiques acoustiques chargées d’histoire. On ne peut cependant pas remettre en cause la force, l’énergie et la joie de vivre qui se dégagent de certains moments de « Nu Med » et qui constituent la marque de fabrique des new-yorkais, ni même l’intérêt de leur projet, qui reste avant tout basé sur l’échange et la création entre artistes d’horizons différents. Ainsi, les Balkan Beat Box réussissent à façonner une « musique du monde » au sens propre du terme, et livrent un deuxième opus, qui, malgré ses imperfections, réjouira à coup sûr tous les adeptes des univers d’Emir Kusturica et de Goran Bregovic, la touche « club » en plus..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire