Audioclockers

audio180Album
(Dezordr)
10/2009
Hip hop alternatif

Ici ou là, en France comme ailleurs, quelques électrons libres de la musique, et plus particulièrement du hip hop, se sont donnés pour mission de ne jamais freiner leurs initiatives, plutôt de leur donner corps coûte que coûte, qu’on les boude ou qu’on les soutienne. Le crew Dezordr est incontestablement parmi les plus durs à cuire, lui qui depuis 2007 est à la tête d’un label urbain mais ouvert d’esprit. Après avoir proposé trois compilations découverte et le premier opus de Shiyugosha au téléchargement gratuit, la fine équipe met désormais les mains dans le cambouis des sorties physiques avec le premier album de Audioclockers, duo composé de Dtracks et Dj BlatX qui nous entraine, au propre comme au figuré, dans les profondeurs de l’underground. En effet, durant les seize titres que contient ce disque, l’auditeur croise très peu souvent la lumière, ce qui ne déplaira pas forcément aux nostalgiques du hip hop alternatif du début des années 2000, dont ces deux là font incontestablement partie. En allant puiser dans les richesses du jazz, de la soul, du reggae, du rock et de la drum n’bass, le temps de quelques breaks très courts ou à l’occasion de samples discrets, Audioclockers rappelle souvent ces figures du hip hop US un peu barrées, difficiles à suivre et à cerner, Phoenix Orion en tête de peloton. Surtout quand les deux français font appel à quelques contributions d’outre Atlantique qui crédibilisent plus encore leur excellent travail de production et de deejayin. Au rang des exemples les plus parlants, citons « Solitude Of Men – feat Aamir de Escape Artist », « Stereo – feat Specsone », « One Life – feat Lo », ou « Cold Street – feat Artoo » qui fait de l’oeil aux débuts d’Anticon. Tous sont d’une plaisante diversité, ravivent quelques passions, mais nous font aussi regretter que le duo se réveille trop longtemps après la bataille. C’est encore plus flagrant quand des Mcs de chez nous pointent le bout du nez (« Y En A – feat Badem », « Périphérie – feat La Main Gauche), et avec eux la nette impression que le rap français était mieux avant. Heureusement, les faux pas de ce genre ne sont pas légion. Car seize titres en plus d’une heure, c’est long, et Audioclockers possède assez d’armes pour que la sensation de faire une belle découverte remplace très vite l’appréhension.

Album disponible ici.


À lire ou écouter également:

,

2 réponses à Audioclockers

  1. Morgane 17 novembre 2009 à 1 h 04 min #

    Belle découverte que cet album, créatif et impulsif à souhait!
    Encore…..

  2. Pierro 19 novembre 2009 à 20 h 23 min #

    A savourer sans modération!!!

Laisser un commentaire