Ark – « Alleluyark »

Alleluyark[Album]
06/05/2003
(Circus Company/Discograph)

Laissons de côté quelques temps l’univers aseptisé des clubs pour se plonger entièrement dans ce que l’aspect urbain de la musique électronique propose de mieux. Ark s’apprête à envahir les bacs avec un premier album solo faisant suite à de nombreux maxis et remixes, et pourrait bien ramener Daft Punk à un simple amuse gueule

L’album de Shalark (réunissant Ark et Shalum) ayant tourné sur nos platines durant des mois, nous étions sceptiques à la première écoute de ce « Alleluyark ». Moins funky et beaucoup plus froid, cet album illustre finalement à merveille le côté dérision et ludique de l’artiste dont la prise de tête semble être le dernier des soucis. Cet aspect de sa personnalité, comme de sa musique, se retrouve jusque dans les titres des morceaux qui, dans un premier temps, prêtent à sourire (« Satanark », « Arkachon », « Miss Tic ») mais collent finalement très bien au message artistique convaincant que Ark semble vouloir faire passer. Les prestations live de Guillaume Berroyer (ce nom ne vous rappelle rien ?) étant définitivement des plus respectées, cet opus ne viendra en rien ternir cette réputation qu’il entretient sans l’entretenir au sein du petit monde électronique. Sa musique si personnelle va jusqu’à ne porter aucune étiquette, si ce n’est celle de l’électro lorgnant parfois vers la house ou le clicks n’cuts, et possède cette insolence séduisante de vouloir repousser les limites du genre

« Alleluyark » n’est autre qu’un très bon album, un electro choc et une belle alternative aux lassantes compilations electro lounge, chères à l’intelligentsia parisienne, squattant les bacs avec insolence. Ark est comme un punk de l’électro qui, au lieu de mettre le doigt bien haut, le met là ou il faut en accouchant d’une musique têtue mais particulièrement accrocheuse, valant votre détour.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire