Architecture In Helsinki – « s/t 69 »

s/t[Album]
24/01/2006
(V2/Naive)

Imaginez un groupe de bambins légèrement azimutés, emmenez-les en centre ville, lâchez-les dans un magasin contenant tout ce que la création peut compter d’instruments de musique (et oui, même des kazous) et vous aurez une petite idée de ce que peut donner « In Case We Die » de Architecture in Helsinki. Mais difficile de réellement imaginer le potentiel destructeur de ce groupe australien avant d’avoir entendu quelques notes de ce second album

Destructeur? Et oui, ces 8 musiciens (et la trentaine d’amis qui participe à cette galette) sont des terroristes bien décidés à faire exploser les structures de la musique pop comme le firent les Fiery Furnace avec leur légendaire « Blueberry Boat ». L’exercice est hautement périlleux, pour ne pas dire casse gueule, et on ne compte plus les groupes qui s’y essayèrent pour ne jamais s’en relever. Et pourtant, cet octet réussi un tour de force en passant haut la main cette épreuve et sans avoir l’air de se donner le moindre mal. Leur force? Un art de la chorale déglinguée que Architecture In Helsinki partage avec The Polyphonic Spree (« Nevereverdid »), des mélodies légères et régressives que ne renierait pas John Wayne Shot Me, et un sens de l’orchestration complètement branque appliqué à des chansons de 3 minutes où se croisent xylos mutins, choeurs pré pubères et armées de cuivres

A dire vrai, Architecture in Helsinki ressemble une fanfare de cirque dans laquelle chacun joue de son instrument, quelque chose de joyeusement bordélique, de faussement structuré et de réellement efficace. Prometteur.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire