Apoken Shodan – « s/t 87 »

s/t[Maxi]
01/01/2007
(CinqCinq/Autoproduit)

Sorti sur Cinqcinq Production, la petite structure toulousaine qui héberge déjà les excellents Afous Afous, ce premier maxi de Apoken Shodan compte bien apporter une pierre supplémentaire à l’édifice du dub hexagonal

Sans doute moins extraterrestre que ses potes de label, Apoken Shodan n’en démérite pas pour autant en livrant un bon dub de punk à l’ancienne. En règle générale, les groupes français qui mélangent dub et rock vont plutôt chercher leurs influences du côté de la noise ou du post-rock (Lab°, Idem, Guns Of Brixton…), le trio de la ville rose préfère, lui, ressortir ses vieux 45-Tours de punk anglais qui sentent encore la bière et la sueur. Le très accrocheur « Sweet Song » et son chant mal assuré redonnent par exemple envie de se réécouter juste après les vétérans de The Ruts ou même les velléités reggae/dub de nos Burning Heads sur l’album « Opposite ». Indéniablement un hymne en puissance

S’ils n’échappent pas tout à fait à l’influence des grands frères (cf. le très hightonien « Dubfer »), les trois hommes parviennent cependant à concentrer leurs diverses inclinaisons (punk, dub, drum’n’bass, scratches hip hop, tablas indiennes…) de manière relativement inédite, ou en tout cas encore peu répandue dans nos contrées. « 69 Dub » et « Delay Lama » rappellent peut-être à nouveau les Burning Heads et leur expérience parallèle du Alif Sound System (en collaboration avec un collectif toulousain, d’ailleurs), mais sans vraiment souffrir d’une quelconque comparaison, qui tournerait de toute façon à leur avantage tant le mélange est ici naturellement maîtrisé

Apokan Shodan signe donc un premier cinq-titres très prometteur qu’il reste maintenant à confirmer, non pas sur scène où le genre prête souvent à l’excellence, mais plutôt sur la longueur d’un album entier. En attendant, surveillez ces Toulousains de près, on ne sait jamais..

Ecoutez un extrait ici

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire