Antibalas – « Antibalas »

anti180Album
(Daptone)
06/08/2012
Afrobeat

C’était écrit. Après avoir écumé pas mal de labels, Antibalas débarque sur celui pour lequel il semblait prédestiné. En effet, quoi de plus logique que de retrouver le groupe afrobeat new yorkais aux côtés de ceux qu’il côtoie depuis 1997, et avec lesquels certains de ses musiciens évoluent dès qu’ils s’écartent du chemin tracé par Fela. Je veux parler des Dap Kings de Sharon Jones ou encore de The Budos Band, deux groupes centraux dans la petite famille Daptone qui n’a évidemment vu aucun inconvénient à laisser Martin Perna et sa bande investir leur studio pour mettre au monde cet album éponyme, cinquième du nom, cinq ans après son prédécesseur « Security« . L’occasion pour le combo new yorkais, durant six titres qui prennent leur temps (généralement entre six et huit minutes) pour dérouler, de s’installer définitivement sur le siège du digne successeur du Maître que se disputent nombre de formations, notamment depuis que pas mal de combos indie rock ont proclamé l’influence de l’afrobeat sur leurs compositions. Seulement, à la différence de la majorité de ses concurrents, cette musique coule le plus naturellement du monde dans les veines de ces Antibalas toujours aussi respectueux du genre, y compris quand ils tentent de le faire évoluer. Une évolution qui ne saute pourtant pas aux oreilles ici puisque la troupe ne dépaysera sans doute pas beaucoup de ses fidèles. Avec la plus grande maitrise, elle joue plutôt tous ses arguments, se laisse entrainer par cuivres, claviers et voix sur « Dirty Money » ou plus mesurément sur « The Ratcatcher », se montre plus ouvertement jazz sur « Ibeji » et, à l’image du final « Saré Kon Kon » ne lâche rien avant la dernière seconde pour faire de ce nouvel opus un incontournable pour tout amateur du genre. Une surprise pour personne.

itunes1

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire