American Steel – « Destroy Their Future »

Destroy Their Future[Album]
02/10/2007
(Fat Wreck Chords/Import)

Les punks du milieu des années 90 se souviendront peut-être d’avoir entendu le nom d’American Steel quelque part. Car si le groupe est la toute nouvelle signature du label Fat Wreck Chords, il n’en a pas moins de bouteille. « Destroy Their Future » est son quatrième album, et marque son retour après six ans de hiatus. Six ans rythmés par le combat contre la leucémie de Ryan Massey (chant/guitare), pendant lesquels certains d’entre eux ont continué sous le nom de Communiqué, avant de céder à la tentation des tournées à rallonge. Bien en a pris à ces anciens locataires du label Lookout, car on ne reste pas insensibles à ce punk rock qui a toujours la particularité d’empreinter les sons de la soul, du folk ou du rock

Voilà donc une signature qui tombe à pic pour Fat Wreck Chords ayant dû douloureusement se séparer d’une de ses nouvelles révélations, Against Me, parti dans la galaxie major. Car on n’est pas sans penser au combo Floridien et à ses tubes taillés pour les pubs irlandais (« Sons Of Avarice », « Mean Streak », « Smile And Me », « Hurtlin ») à l’écoute des douze titres de cet opus. Mais pas seulement, car on se remémore aussi Hot Water Music (« Dead And Gone », « Razorblades », « Old Croy Road ») ou Alkaline Trio (« To The Sea », « Or Don’t You Remember? »): il y a quand même plus dégueulasse en termes de références sachant qu’American Steel a aussi été élevé à coups de Clash et Crass. Autrement dit, le quatuor baigne tellement dans le punk qu’il ne se gêne pas pour le malmener et l’emmener dans pas mal de ses dérivés

Il n’en fallait pas plus pour élever le niveau et sortir une des meilleures sorties Fat de l’année. Une nouvelle preuve que c’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe. Durant six ans à regarder la scène punk évoluer, American Steel n’aura finalement trouvé que très peu de prétendants pour le rendre has been. « Destroy Their Future » pourrait bien, au final, laisser une trace indélébile, comme a pu le faire un groupe comme Jawbreaker à une autre époque. Rien de révolutionnaire donc, mais un savoir faire resté intact

En écoute

1. Sons Of Avarice     
2. Dead And Gone     

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire