American Football – ‘American Football 2’

American Football – ‘American Football 2’

Album / Polyvinyl / 21.10.2016
Emo

‘Where are we now ?’, se demande le chanteur-guitariste Mike Kinsella en ouverture du nouvel album d’American Football. Une question plutôt pertinente après 17 ans d’absence sur disque. Reformé en 2014 pour une série de concerts, le groupe n’avait encore jamais donné de suite à son acclamé premier album éponyme publié en 1999. Une sorte de relecture intello du genre emo dont les harmonies de guitares claires et le jeu technique du batteur Steve Lamos ont posé une griffe toujours aussi identifiable. Et derrière elle, sa mélancolie et son romantisme crépusculaire, on assistait surtout aux adieux d’une bande de potes à leurs années d’études – ce qui se produisit un an plus tard et signa la mort du groupe. De l’aveu même de Kinsella, American Football n’était d’ailleurs qu’un projet artistique sans perspective, créé pour s’amuser.

Alors qu’êtes-vous revenus faire en 2016, American Football ? Comme bon nombre de ses alter-ego des années 90 (tous registres confondus), le trio de l’Illinois est resté un groupe à l’audience confidentielle pendant ses années d’activité (97-2000 en gros), le succès venant progressivement après le split. En 2014, il a logiquement saisi l’occasion d’une réédition de son long format pour repartir sur les routes et profiter de sa nouvelle notoriété devant un public conquis d’avance. Le pied en somme. Alors pourquoi ne pas écrire et enregistrer de nouveaux morceaux, qui bénéficieront de l’attention nouvelle d’une large audience ?

Passons les suppositions pour remarquer en creux qu’American Football reprend les choses pratiquement là où il les avait arrêtées. D’ailleurs, la photographie illustrant ce second LP n’est autre qu’un cliché de l’intérieur de la maison qui figurait déjà en couverture du premier disque. Et sur le fond, les mêmes guitares agiles reprennent leur place dans les hautes gammes tandis que Lamos continue d’enchaîner les doubles croches par douzaine. Pourtant, la vitalité est en berne au profit d’un parti pris plus contemplatif. Comme si les bpm avaient été troqués contre quelques décibels supplémentaires dans la voix de Kinsella. C’est bête, parce qu’on regrette un peu le timbre discret de l’étudiant timide qui faisait vibrer avec parcimonie l’American Football de 99.

Il faut attendre la seconde partie de ce ‘LP2’ pour renouer avec des titres plus immédiats comme ‘Desire gets In a Way’ et surtout ‘I Need a Drink (or Two, or Three)’ et ses légers arrangements de chœurs. Au final, American Football interroge toujours les relations amoureuses, avec maintenant la perspective de l’âge adulte. Mais on imagine que le disque va quand même dérouter les fans auxquels on conseille modestement d’insister un peu sur l’écoute, les parties de guitares de Kinsella et Holmes étant vraiment pleines de mélodies subtiles. Quant aux autres, il n’y a pas plus de raisons qu’ils se penchent aujourd’hui sur le groupe qu’il y a deux ou dix-sept ans. American Football reste un plaisir de nerd sans conséquence.

enecouteintegrale

‘My Instincts Are The Enemy’, ‘I Need a Drink (or Two, or Three)’, ‘Desire gets In a Way’, ‘Everyone is Dressed Up’


No Comments

Post A Comment