Amen Dunes – ‘Freedom’

Amen Dunes – ‘Freedom’

Album / Sacred Bones / 30.03.2018
Pop


Freedom est un album solaire. Quatrième production de Damon McMahon sous le nom d’Amen Dunes, il marque un tournant important dans son travail, tant en termes de son que de réalisation. Et le résultat est magnifique.

La qualité des précédents disques reposait sur l’exploration des sonorités kraut ou psychédéliques, et la création d’improbables ballades folk sevrées de réverbération. Les morceaux étaient bâtis sur des éléments mélodiques simples répétés en boucles lancinantes. S’il conserve cette dernière pratique, pour le reste, le changement est radical : les collaborateurs ne sont plus les expérimentateurs canadiens de Godspeed You! Black Emperor, mais des producteurs new yorkais ou californiens. Au final, l’album est homogène et équilibré, traversé par le son de guitare clair et délié de Delicate Steve (Mac DeMarco, Lee Ranaldo, Yeasayer, Tune-Yards…), et la batterie incisive et entêtante de Parker Kindred (Antony and The Johnsons…)

Les onze titres de Freedom composent alors une sublime traversée des Etats-Unis. On y trouve de brillants morceaux de surf-pop (Miki Dora, Dracula ou Calling Paul The Suffering), des ballades sensuelles et groovy (Blue Rose, Believe), et même l’envoûtement sombre des albums précédents (Satudarah, Freedom). De discrètes nappes synthétiques semblent lier le tout, mais ne prennent réellement d’ampleur que sur Skipping School et le final funky L.A.

La voix de McMahon évolue beaucoup également. Alors qu’il la forçait volontiers vers des aigus nasillards, il lui donne maintenant un spectre plus vaste, épanoui. Son ampleur ajoute à l’envoûtement (Blue Rose, Skipping SchoolSatudarah), et dispose l’auditeur à mieux écouter ses mots. Car Freedom est un album grave. En introduction, deux voix se répondent : l’enfant encourage ‘vas-y, à toi de jouer‘, une femme répond ‘je suis un esprit vide‘. Contradiction, vacuité, fragilité… La vie d’un homme… Qu’elles évoquent des figures ou des situations historiques, religieuses ou familiales, ses histoires sont faites d’hésitation, de peine, de la difficulté de choisir ou d’assumer. Tout le contraire de la musique. Encore une contradiction. C’est d’ailleurs par tous ses contrastes que Freedom, inspiré et aérien, est peut-être un des meilleurs albums de ce début d’année.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Blue Rose, Time, Miki Dora, Believe


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.