Alkaline Trio – « Remains »

Remains[Album]
31/01/2007
(Vagrant/Pias)

En l’espace de dix ans, Alkaline Trio s’est rapidement fait un nom pour vite s’imposer sur la scène rock indépendante internationale. Arrivé à point nommé après l’essoufflement de l’énorme vague hardcore mélodique du début des 90’s, de nombreux kids ont trouvé en ce combo de Chicago un nouveau souffle, une bouffée d’oxygène après avoir ingurgité tant de mélodies balancées pied au plancher. Car comme bon nombre de ses pairs, en particulier signés sur le label Vagrant, Alkaline Trio s’est révélé comme la nouvelle coqueluche de l’émo, même si avec le recul, le groupe n’a finalement pas grand chose à voir avec tous ces rockeurs à mèches gélifiées

Alkaline Trio joue punk, joue simple, mais de manière efficace et accrocheuse, et s’accompagne d’un culte de l’imagerie mortuaire qui a également contribué à le faire connaître. À tel point que chaque album sorti devient encensé outre Atlantique (chez nous, on restera franchement sur les premiers et notamment sur l’excellent « From Here To Infirmary »), et les propositions de majors auront eu finalement raison de l’attachement du groupe pour son label. En effet, avide de toucher un public encore plus large et de bénéficier de plus de moyens, Skibba et sa bande ont signé chez V2 en octobre dernier. Sauf qu’aux dernières nouvelles, la branche américaine de cette maison de disque viendrait de mettre la clé sous la porte. Quoi qu’il en soit, c’est avec ce « Remains », compilation de titres rares, inédits ou de faces B qu’Alkaline Trio met un point final au contrat qui le lie au label des Get Up Kids, Saves The Day, Futureheads, Dashboard Confessional et Eels

Avec vingt-deux titres au compteur, né d’une soif de studio insatiable, « Remains » retrace donc dix ans de carrière, souligne l’évolution musicale du groupe depuis sa création, et s’impose comme un incontournable pour tous les fans du groupe qui se verront d’ailleurs récompensés par trois titres inédits (Dethbed », « My Standard Break From Life », « I’m Dying Tomorrow »), enregistrés en live en 2006 au Avalon de Los Angeles. Les autres, qu’ils aient suivi cette carrière de loin ou pas du tout, auront donc droit à une bonne séance de rattrapage ou à une simple mise en bouche qui pourrait donner envie de se pencher définitivement sur cette discographie. En effet, dans une veine purement Alkaline Trio, « Hell Yes », « Metro », « Warbrain », « Hating Every Minute », ou « We Can Never Break Up » sont quelques-unes des friandises proposées ici, et que l’on sent sélectionnées sur des critères autant qualitatifs qu’affectifs

Et comme Alkaline Trio dure toujours plus longtemps, il rajoute à ce disque un DVD généreusement fourni sur lequel on retrouve des images prises sur les deux dernières tournées du groupe. Le trio nous ouvre donc son intimité, que ce soit en backstage, sur scène, le tout agrémenté de quelques clips. Le combo souligne donc avec ce « Remains » une étape charnière de sa carrière, et répond aux attentes contrairement à ce genre d’exercice souvent négligé par les artistes et groupes en situation similaire. Un joli bonus, pas plus cependant..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire