Alarms And Controls – ‘Clovis Points’

Album / Dischord / 19.11.2013
Indie rock

Les premiers balbutiements d’Alarms and Controls remontent à 2003. A cette époque, le guitariste Chris Hamley (Circus Lupus, Antinomy) et le batteur Vin Novara (Crownhate Ruin) se produisent ensemble au sein de l’opéra-rock ‘Nitrate Hymnal’ créé par l’auteur/compositeur Bob Massey. Les deux musiciens de Washington D.C. décident de former un groupe mais, après quelques répétitions, le projet tombe aux oubliettes. Ce n’est que huit ans plus tard, quand Hamley passe enfin récupérer son ampli chez Novara, qu’ils décident de remettre le couvert avec, en soutien, le bassiste Mickael Honch, aujourd’hui remplacé par Arthur Noll (Vanity Champ). Le C.V., les origines géographiques et la musique des protagonistes ne pouvaient donc que plaire à Dischord qui, depuis plus de trente ans, continue de mettre en avant le son singulier de sa scène locale.

C’est sous la houlette de J.Robbins que le trio s’enferme en studio et dépose ‘Clovis Points’, un premier album aux sonorités ancrées dans la culture du label. Loin des univers tendus de leurs précédentes formations, et tels les successeurs de Smart Went Crazy ou Faraquet, ils proposent avec maîtrise et fluidité onze compositions d’une même lignée musicale, entre rock déstructuré et envolées mélodiques discrètement teintées de jazz. Les rythmes se font mouvants et remplis de breaks ravageurs, la voix limpide et claire. Malgré une guitare qui ne lésine pas sur les dissonances et autres gimmicks déstructurés, les morceaux sont d’une profonde limpidité. Sans bavardages inutiles ou effets de style, la force mélodique du groupe explose à chaque instant dans des titres soignés (‘Megalodon’, ‘Khmer Avatar’, comme les très bons ‘Your Friend In Brown Corduroy’ et ‘Anxiety Disorder’), ou plus directs sans jamais quitter leur précision d’exécution. Preuves en sont  ‘Running Hard On the Trickle-Down’ et ‘Strike When The Iron’s Hot’ qui finissent de nous asseoir.

‘Clovis Points’ est un album réussi de bout en bout, qui nous promène entre réminiscence du rock de Washington D.C. et un souffle nouveau ne semblant pas connaître de limites créatives. Les expérimentés et inventifs musiciens d’Alarms and Controls signent ainsi un retour remarqué sur le devant de la scène, et prouvent qu’avec le temps rien n’est venu altérer leur force de frappe.

‘Megalodon’, ‘Your Friend In Brown Corduroy’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire