Agoria – « Fabric 57 »

ago180Album
(Fabric)
18/04/2011
Dj set

Dites donc les gars, ce n’est pas trop tôt! Ces derniers temps, à force de nous matraquer de DJ sets fidget, bass music ou dubstep, on avait peur que le club Fabric en oublie Agoria, indubitablement l’un de nos meilleurs ambassadeurs – avec Laurent Garnier – lorsqu’il s’agit d’enchaîner les galettes techno. Il se voit donc ici confier les manettes du volume 57, et prend une fois de plus sa mission très au sérieux avec un mix mûrement réfléchi. Cependant moins éclectique que ses précédentes livraisons (« Balance 016 », « Cute & Cult », « At The Controls »), cette compilation vise plutôt le dancefloor à travers une sélection ultra pointue. Tout le monde sait que le lyonnais ne va pas chercher ses perles dans la playlist du voisin, et c’est bien ce qui fait sa force, en plus d’une technique irréprochable. Le set est introduit de main de maître avec des pièces ambient levant doucement le voile sur le groove rassurant de STL. Le concept de bootleg n’aura jamais été aussi finement utilisé; Agoria invente ainsi des mélanges improbables et élégants, comme cette association magique entre la diva du jazz  Ella Fitzgerald, Moritz Von Oswald et les percus de Tony Allen. De la même manière, le DJ se plaît à réinventer des morceaux comme son récent « Speechless » (feat. Carl Craig) qu’il marie à un autre de Sun Ra avec une transparence bluffante. De ce fait, il en profite pour placer quelques titres personnels, sans oublier de diriger le projecteur sur ses camarades du label InFiné, représentés par l’élégante Clara Moto ou Eisbär et sa deep techno froide et hypnotique. Le partenariat Agoria/Fabric est historique puisque c’est par le biais du club qu’il a pour la première fois été jouer en Angleterre. Un service qu’il rend bien à cette collection mythique en plaçant quelques tracks de derrière les fagots comme la hard-house à l’ancienne de Canyons, ou le bulldozer acidifié de Mark E qui dessinent la pente ascendante de ce mix tout en progression. Après son excellent dernier album « Impermanence », ce mix ressemble à une récréation pour un gars plein d’imagination qui n’hésite pas à enchaîner des sons old school (DJ Kaos, DJ Tazz), avec de la tek-funk hybride (Space Dimension Controller) ou des classiques (l’imparable « Game One » d’Infiniti)… Lorsqu’un grand DJ contribue à une grande série, on écoute la leçon…

Tracklisting

01. Vainqueur – Ranges – Theme / Ensemble Economique – Real Things / Zodiac Free Arts Club – Ein Lied Für Popol Vuh
02. STL – Silent State / Blacmale – Golden Day
03. Moritz von Oswald / Tony Allen – Ole Remix / Ella Fitzgerald With The Buddy Bregman Orchestra – Night And Day
04. Sydenham & Joe Claussell – Rhythm
05. Clara Moto – Deer & Fox (539.6 East Street dOP Remix) / Lil Tony – Treehouse (Lil Tony Remix)
06. Canyons – Blue Snake
07. Agoria – Heart Beating (Argy Tension Remix)
08. DJ Kaos – Horny Morning Loop (Drdunkskaoticmix) / DJ Tazz – Unrestrained
09. Eisbär – Subspace Two
10. Space Dimension Controller – Mercurial Attraction
11. Agoria feat. Carl Craig & La Scalars – Speechless (Whisper Dub) / Sun Ra And His Mythic Science Arkestra – Somebody Else’s Idea
12. Agoria feat. Carl Craig & La Scalars – Speechless (Radio Slave Panorama Garage Remix feat. Tom Gandey)
13. Infiniti – Game One
14. Cottam – Cottam4 – Side A
15. Mark E – Belvide Beat
16. Cottam – Sunrise Sunset
17. José James – Blackmagic (Izmabad 118 Remix)
18. Carl Craig – Dominas (Carl Craig Mix)
Versus Carl Craig – Dominas (Ruff Mix)
19. Various – fabric 57 Puppets
20. Ella Fitzgerald With The Buddy Bregman Orchestra – Night And Day

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire