Against Me – « White Crosses »

against180Album
(Sire)
07/06/2010
Folk punk

Tel un ballon de baudruche au noeud défait, Against Me semble s’essouffler au fur et à mesure que sa discographie s’allonge, notamment depuis qu’il a choisi d’évoluer dans le giron des majors en quittant Fat Wreck Chords. Attention, pas de place pour l’éternel débat pour autant, pas de discussion animée entre pro et anti-major, juste la simple constatation que si le transitoire « New Wave » a connu un tel succès en 2007, c’est aussi parce que l’expérience indépendante, fraichement quittée à l’époque, a aussi pesé de tout son poids dans la couleur de l’album. La preuve puisque, après trois années passées à ne plus se faire les mêmes soucis, le combo de Gainesville lâche un « White Crosses » qui peine terriblement à attirer l’attention. Y compris celle de son public qui, pourtant, s’est rarement désolidarisé de lui. En 2010 en effet, le constat est triste mais bien réel: c’est sous une éventuelle torture qu’on parviendrait in extremis à trouver quelques titres à extraire du lot, tant l’album est d’une platitude désarmante (« Because Of The Shame », « High Pressure Low »). Et ce n’est certainement pas le changement de batteur – Warren Oakes a été remplacé par George Rebelo de Hot Water Music – ni le choix du producteur (Butch Vig a été reconduit dans ses fonctions) qui interviennent dans ce manque cruel d’inspiration. De plus en plus taillé pour les radios populaires (« I Was a Teenage Anarchist », « Bamboo Ones »), appelé à être la nouvelle égérie d’adolescents rebelles (« Suffocation », « We’re Breaking Up »), Against Me s’en sort donc sur le fil à quelques reprises, comme sur « Spanish Moss », un des rares moments ou il se montre fédérateur, un atout qu’il ne s’était pourtant jamais privé de soigner jusque là. Si vous êtes un inconditionnel du groupe comme nous l’étions jusque là, vous condamnerez certainement comme nous un «White Crosses» beaucoup trop prévisible et javellisé. Pas de quoi espérer tenir en haleine des fans qui, eux, préfèrent amplement les odeurs de la veille et les baskets qui collent au carrelage.

Disponible sur
itunes1


À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire