Against Me! – ‘Shape Shift With Me’

Album / Xtra Mile Recordings / 16.09.2016
Punk rock

Depuis quatre ans que Tom Gabel a décidé de devenir Laura Jane Grace, des tonnes de papier ont servi à expliquer son choix puis à décrire sa transformation : une médiatisation lourde qui a soudainement illuminé l’existence d’Against Me, poussant les ‘journalistes’ de la presse people à rejoindre ceux plus spécialisés, qui ont toujours plus considéré le groupe pour sa musique que pour ce qu’il avait dans la culotte. Tout ce cirque aurait pu faire chanceler la nouvelle dame pourtant, comme libérée d’un fardeau de trente ans, elle n’a jamais cessé d’assumer et prouver que la vie continuait, plus belle encore qu’elle ne le fût. La sortie de ‘Shape Shift With Me’ – huitième album du groupe – est d’ailleurs une nouvelle occasion pour elle d’aborder le sujet sans complexe.

Alors que ‘Transgender Dysphoria Blues‘ parlait ouvertement de sa condition, Laura Jane Grace remet donc les deux pieds dans le plat ici, enrichie d’un recul offert par ses premières années d’expérience en tant que femme. Et non sans une certaine énergie si l’on en croit l’entame ‘ProVision L-3’, très certainement un des titres les plus énervés de la discographie Against Me, qui laisserait presque croire à une inspiration renouvelée après quasiment neuf ans passés à battre de l’aile (‘New Wave’ restant à notre humble avis le dernier must have du groupe).

Si la révolution n’est finalement pas prévue au parcours, ‘Shape Shift With Me’ est néanmoins lancé tel un bolide qui slalome habilement pour éviter les nids de poule, jusqu’à éclater tous ses pneus sur trois derniers titres presque affligeants. Jamais insignifiant avant l’accident, l’album laisse surtout derrière lui quelques refrains mémorables (‘Boyfriend’, ‘333’), de belles tentatives de nouvelles sonorités (‘Delicate, Petite & Other Things I’ll Never Be’, ‘Dead Rats’), et recolle même avec ce que Against Me savait faire de mieux il y a dix ans : des pépites punks à gueuler dans les pubs, la pinte de bière bien en l’air (‘Haunting, Haunted, Haunts’, ‘Rebecca’). En ne changeant rien – ou presque – Against Me trouve peut-être finalement là le meilleur moyen de fermer le clapet de ceux qui l’ont lâché à trop craindre sa nouvelle voie/voix.

‘ProVision L-3’, ‘Boyfriend’, ‘333’, ‘Haunting, Haunted, Haunts’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire