A Day In Black And White – « Notes »

Notes[Album]
01/11/2005
(Level Plane/Import)

Qu’il soit chez Dischord ou non, il n’est pas facile pour un groupe de venir, et d’émerger de la scène rock de Washington DC. Car forcément, les rapprochements avec Fugazi, Q And Not U ou Jawbox sont faciles et trop souvent réducteurs. Cela, A Day In Black And White l’a bien compris après en avoir fait quelque peu les frais. Le tout est de l’assumer. « Notes », leur dernier album en date, les aide en ce sens, s’inscrivant dans la lignée type du post punk local mais en ajoutant cette fois quelques marques d’une personnalité musicale plus affirmée. Pourtant, avec leurs guitares puissantes et légèrement bruitistes, et leur chant presque parlé, des titres comme « New Energy » ou « Lame Duck » pourraient me faire mentir tant on croirait y entendre la patte d’un McKaye et d’un Picciotto. C’est donc en creusant un peu qu’on découvre dans sa musique de nouvelles références, anglaises notamment, permettant au combo de s’enrichir et de se démarquer. À cela s’ajoutant une section rythmique franche et dynamique, ainsi que d’intenses et mélodiques lignes de guitare. De là naissent quelques très bons morceaux (« A Literal Title », « Less Is More », « Long Distance Song Effects », « Ronald’s Right ») qui, sans faire oublier l’origine géographique du quatuor ni effacer les références citées précédemment, l’inscrivent dignement au panthéon de la scène de Washington DC. « Notes » est donc de ces albums qui parleront aux accrocs du rock indé américain de la fin 80 début 90, ceux là même qui à l’époque entraient en transe à l’écoute d’un Nation Of Ulysses ou d’un Rites Of Spring. J’exagère, mais pas tant que ça finalement..

En écouteNew Energy

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire