31 Knots – « The Days & Nights Of Everything Anywhere »

The Days & Nights Of Everything Anywhere[Album]
06/03/2007
(Polyvinyl/Import)

À voir avec quelle vitesse 31 Knots avance, à quel rythme ce groupe de l’Oregon sort des disques, on pourrait aisément penser qu’il fait les choses à moitié. Pourtant, une telle évolution relève pratiquement du génie. Le trio ne se répète absolument jamais, et est passé en quelques années d’un très bon groupe de rock indépendant à une véritable référence en matière de composition. « The Curse Of The Longest Day » se réclamait de l’héritage Fugazi, « Talk Like Blood » qui a suivi affichait une personnalité musicale indéniable, confirmée récemment par le maxi « Ep:Polemics » plus difficilement accessible et laissant présager un nouvel album aussi surprenant que barré. Gagné! Sauf que bien imprégné de ces deux qualificatifs, « The Days And Nights Of Everything Anywhere » se montre aussi ouvert et complexe qu’accessible. Une preuve indéniable du talent inimaginable du trio..

En effet, quel groupe peut aujourd’hui se vanter de piocher dans diverses palettes (quasiment une par morceau) tout faisant preuve d’une homogénéité perturbante? 31 Knots nous met devant le fait accompli. Ici, seul ce chant impeccablement balancé fait office de fil rouge, bien qu’il ne parviendra certainement jamais assez à recueillir toute l’attention qu’il mérite tant la partie musicale de cet album est riche. Pour le reste, il faudra que l’auditeur laisse tous ses préjugés au placard, et soit prêt à tout. Car le trio va le balader de gauche à droite et de bas en haut, qu’il le veuille ou non, pour un périple qui s’avèrera, au final, absolument mémorable. Dés l’entame « Beauty », on pense à The Ex, puis on se laisse aller à des couleurs cabaret sur « Sanctuary », et une sorte de marche cuivrée sur « Savage Boutique ». Cette vague d’originalité passée, se suivent passages plus pop donc plus calmes (« Everything In Letters », Pulse Of a Decimal), comme petites perles de post hardcore rappelant l’approche typique de la scène de Washington DC (« Man Become Me », le sublime « The Salted Tongue », la belle complémentarité entre « The Days And Nights Of Lust And Presumption » et « Imitation Flesh »)

« The Days And Nights Of Everything Anywhere » est donc un album à double facette, déstabilisant dans un premier temps, plus conventionnel dans un second, mais toujours assez finement ficelé pour qu’il ne tombe jamais dans la banalité. Avec ce disque, 31 Knots se montre plus que jamais ambitieux, aventureux, incarne l’ultime révolution du rock indépendant tant il est certainement aujourd’hui le groupe conjuguant le mieux la complexité et l’accessibilité du rock. Dans la même veine, mais en moins technique, Fugazi était son indiscutable prédécesseur..

En écoute

1. Man Become Me     

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire