Swans à la Maroquinerie, dans l’oeil de Mowno