dEUS au Bataclan, dans l’oeil de Mowno