On y était! Retour sur El-P à la Maroquinerie (Paris) le 25 septembre 2012

elp

Annoncé au Nouveau Casino au printemps dernier, El-P aura finalement fait faux bon à ses fans parisiens, alors dans l’obligation d’attendre quelques mois supplémentaires pour enfin apprécier sur scène les titres de « Cancer 4 Cure« , sans conteste un des meilleurs albums de l’année. Manifestement, c’était encore trop peu pour parvenir à remplir à ras bord une Maroquinerie ou, à plusieurs reprises par le passé, on s’était déjà senti nettement plus confinés. Une fois de plus, les absents avaient tort…

elpticket

C’était à Despot que revenait la tâche d’ouvrir le bal. Seulement accompagné de sa tablette numérique, le Mc du Queens n’a pas manqué de justifier le buzz naissant, alimenté par diverses apparitions dans l’actualité hip hop depuis qu’il a rejoint le clan Def Jux, juste avant que le label ferme ses portes et qu’il puisse s’y faire un nom. Si le flow manquait parfois de relief, le new yorkais a largement rempli sa tâche en faisant honneur à des productions efficaces, idéales pour préparer le terrain de El-P qu’il n’a d’ailleurs pas manqué de chambrer avec beaucoup d’humour entre deux morceaux. Pas de doute donc qu’on accueillera Despot avec beaucoup d’enthousiasme quand il lui prendra l’idée de concrétiser avec un premier album.

tofelpPassée une intro de Phil Collins, El-P entrait en scène accompagné de son backing band, composé pour l’occasion de son fidèle molosse, mais aussi de deux musiciens chargés des machines, synthés et guitare. Avec une énergie telle qu’il a plusieurs fois frôlé la cacophonie, notre homme – apparemment resté sur de bons souvenirs du public parisien – retrouvait ses repères, semblait à son aise, revisitait sa discographie en s’attardant logiquement sur son dernier album. Le bougre aura même offert une pointe d’émotion à son show en faisant monter sur scène une demoiselle affublée d’un tee shirt « I Love Camu » en hommage à Camu Tao, artiste Def Jux décédé en 2008. Les sanglots dans la voix, El-P expliquait son émotion de retrouver à l’autre bout du monde un tee shirt qu’il avait lui-même fait fabriqué.

La Maroquinerie ne le lâchera plus jusqu’à ce que ses lumières se rallument. Avant cela, accompagné d’un Mike Ladd désormais résident parisien qui trainait en coulisse, El-P sera revenu sur scène pour deux rappels, offrant même aux heureux présents un « Deep Space 9mm » toujours aussi efficace, et un « Vital Nerve » de Company Flow qui n’aura pas manqué de toucher les plus nostalgiques en plein coeur (voir vidéo ci-dessous). Rockeur dans l’âme, El-P a sans conteste marqué les esprits, et réconcilié avec le hip hop US les quelques personnes que d’autres avant lui avaient rendu sceptiques à force de shows tronqués ou à mille lieux des attentes.

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire