Putain déjà – Built To Spill fête les 20 ans de ‘Keep It Like a Secret’

Putain déjà – Built To Spill fête les 20 ans de ‘Keep It Like a Secret’

Si vous avez rêvé d’être un guitar-hero à la fin des années 90, vous étiez déjà un vieux con. La preuve par les astres : le grunge, le trash et la brit-pop étaient eux-mêmes déjà des trucs de vieux cons. Même Radiohead voulait en finir avec les guitares après OK Computer. Rien ne devait jamais plus donner le change à l’équivalent musical des nuques longues. A part peut-être, justement, un mec doté d’une calvitie à 28 ans. Un mec venu du Besançon américain : Boise, Idaho.

En 1997, Doug Martsch est déjà une figure connue du circuit indie US. Aux côtés de Modest Mouse ou Sunny Day Real Estate, il incarne avec son groupe Built To Spill la relève de la scène Pacific North West, celle qui accouchait dans la douleur du grunge quelques années plus tôt.

Perfect From Now, son troisième album, sort chez Warner Bros cette année-là. Et c’est bien un sommet de rock à guitares. Ses morceaux à tiroirs et rallonges sont aussi déroutants qu’épiques. Sauf que rien ici ne sonne exagérément pompeux (les fans de Mellon Collie and the Infinite Sadness, on vous fera cracher le morceau un jour). Dans sa posture – ou son absence de posture – Doug Martsch est un anti-héros. L’incarnation parfaite de l’indie-rock. Un mec sympa mais peu avenant, relativement statique sur scène et pas franchement belle gueule. Pas un hasard si son style de jeu et sa personnalité ont souvent été comparés à ceux de Neil Young dont on le sait grand admirateur.

L’album est plébiscité par la critique et se vend bien. Mais Martsch émet des réserves. ‘Perfect From Now On n’était qu’une multitude de petites parties éclatées et assemblées pour former un album’, expliquera-t-il au site emplive.org. C’est aussi plus véritablement un disque solo : les autres musiciens n’étant amenés qu’à jouer les parties préalablement écrites par Martsch.

Mais pourquoi revenir sur ce disque alors qu’il s’agit ici de Keep It Like A Secret (et aussi du devenir des nuques longues) ? Parce que l’un est nécessaire pour comprendre l’autre. Bien plus collaboratif, Keep It Like A Secret consiste cette fois ‘en des heures de jams en groupe et des morceaux construits autour de parties issues de ces sessions‘. Plus concis et direct, l’album condense le savoir-faire et la signature Built To Spill avec jusqu’à trois parties de guitare se superposant pour proposer des mélodies et des harmonies complexes… mais aussi des morceaux ramenés au format pop de trois minutes. Heureusement, la production signée Phil Ek (Modest Mouse, The Shins, Band Of Horses…) parvient à polir ce feu d’artifice génial et en préserver ses couleurs sur un format aussi compact.

Keep It Like A Secret est un disque important car, au-delà de ses qualités musicales, c’est un testament des années 90. Un disque qui vous dit – avec sa douce mélancolie – que ‘c’est ok de ne pas être ok‘ même si c’est pour rêver un jour d’être un guitar-hero. Parfum de nostalgie qu’on ne se refusera pas : Built To Spill célébrera cette année les 20 ans de cet album avec une tournée anniversaire. Le groupe passera notamment par Paris, Lyon et le festival This Is Not A Love Song à Nîmes. Rendez-vous sur le site du groupe pour plus d’infos.

ECOUTE INTEGRALE


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.