Transmusicales de Rennes 2014 – Mowno vous recommande…

Comme tous les ans, les ‘Trans’ – comme on les appelle – sont de retour à Rennes du 3 au 7 décembre prochain. Un rendez vous annuel incontournable pour tous ses fidèles festivaliers, avides d’y rencontrer les artistes de demain. Car, une fois encore, l’équipe de programmation a pondu une affiche inédite, à découvrir en intégralité ici. Celle dans laquelle nous sommes nous aussi allés fouiner, pour en extirper quelques musiciens qu’il ne faudra certainement pas manquer lors de votre passage dans la capitale bretonne, secouée de toutes parts durant cinq jours, y compris en ville grâce aux innombrables concerts offerts par les Bars en Trans, évènement parallèle à découvrir également ici.

BANTAM LIONS – L’Etage / Samedi 6 décembre / 18h30 – A Brest, en 2012, deux jeunes mélomanes sortent un premier EP après avoir piqué son nom à un personnage de l’écrivain irlandais James Joyce. L’arrivée de deux nouveaux membres et un déménagement à Nantes plus tard, le quatuor explore les arcanes d’une pop noire sous tension le temps de chansons mouvantes évoquant parfois les débuts de Radiohead ou explorant les arcanes du post-rock.

KATE TEMPEST – Hall 3 / Jeudi 4 décembre / 23h20 – Également poétesse et / ou dramaturge, Kate Tempest s’est échappée du collectif Sound Of Rum pour enregistrer un premier album sur le label Big Dada, produit par l’éminent Dan Carey (Hot Chip, Franz Ferdinand). Agée de 27 ans, Kate Tempest revendique les influences conjuguées de Virginia Woolf et du Wu-Tang Clan pour asséner un hip-hop sans concession.

EAGLES GIFT – L’Etage / Jeudi 4 décembre / 16h10 – Eagles Gift est déjà devenu une référence. Né à Angers au printemps 2013, ce quatuor revisite les fondations d’un rock psychédélique qui a depuis quelque temps retrouvé toutes ses couleurs. Remarqué au célèbre Austin Psych Fest, sur le point de sortir son deuxième album, le groupe imagine des chansons portées par une rythmique hypnotique et transpercées de guitares stratosphériques.

FUZETA – L’Etage / Vendredi 5 décembre / 15h – Quatre garçons, ayant choisi comme nom de groupe celui d’un village balnéaire de la région de Faro et se réclamant, au gré de leurs humeurs, des Shins, de Bon Iver ou de Grizzly Bear… Alors qu’ils mettent la touche finale à un premier EP, ces jeunes gens ont déjà pris rendez-vous avec l’avenir, par la grâce de mélodies qui touchent droit au cœur et de compositions à l’architecture sonique d’une élégance époustouflante.

MONEY FOR ROPE – Hall 3 / Samedi 6 décembre / 01h55 – L’Australie a su prendre dès les années 60 le train du meilleur rock. Depuis Melbourne, Money For Rope propose la version la plus brute et percutante dudit rock, qu’il saupoudre au gré de ses humeurs de soul ou de surf. Sans se poser de question, revendiquant l’héritage de The Saints ou Radio Birdman, le groupe fait parler la poudre le temps de morceaux brûlants aux pouvoirs euphorisants.

RAURY – Hall 8 / Jeudi 4 décembre / 0H05 – A 17 ans, Raury fait montre d’une maturité effarante et d’un talent singulier. Compositeur précoce, guitariste autodidacte, Indigo Child autoproclamé, il est un touche-à-tout de l’arrangement, un acrobate de la mélodie. Réalisant un grand écart permanent entre pop et hip-hop, electro et soul, ce garçon a bâti un univers d’une rare originalité, qui doit autant à Bon Iver qu’à Andre 3000. Bien plus qu’une curiosité…

BISON BISOU – L’Etage / Jeudi 4 décembre / 18h30 – Bison Bisou a fait son trou sur l’échiquier du rock hexagonal. Ce quintet post-punk né à Lille est emmené par l’autodidacte Charly Lazer qui crache ses textes au micro avec une désinvolture rageuse. Parmi les influences de ces durs qui revendiquent un cœur tendre, il y a entre autres les Texans d’At the Drive-In. Vous l’aurez compris : Bison Bisou est un groupe de scène.

COURTNEY BARNETT – Hall 3 / Jeudi 4 décembre / 21h30 – La guitare, elle l’a apprise à l’âge de dix ans. Et c’est sur cet instrument de prédilection que la jeune Australienne Courtney Barnett imagine en solo des compos qui ont souvent l’accent américain – celui de Patti Smith et de Lou Reed. De refrains vicieux en riffs glamoureux, ses deux EP ont été compilés cette année par le jeune label franco-anglais Marathon, sous le titre The Double E: A Sea Of Split Peas.

FOREVER PAVOT – L’Ubu / Mercredi 3 décembre / 0h25 – Ce jeune quatuor parisien pop psychédélique aime les BO de films d’Ennio Morricone ou feu François De Roubaix et les ambiances orientalisantes pour un résultat musical au croisement du Pink Floyd période Syd Barrett et des plus récents Django Django. Depuis deux ans, une poignée de vinyles sortis sur des minuscules labels a permis au groupe de tourner à l’étranger jusque de l’autre côté de la Manche.

LA FINE EQUIPE – Hall 3 / Vendredi 5 décembre / 21h – S’il est un artisan du hip-hop qui œuvrait jadis dans l’ombre, c’est bien le beatmaker. Depuis quelques années, il arrive même qu’il se retrouve en bande, comme c’est le cas de La Fine Équipe. Blanka, oOgo, Chomsky et Mr Gib forment une team d’une rare efficacité pour triturer les rythmes, souffler le chaud du hip-hop le plus sombre, de la soul la plus sensuelle ou créer une pure musique de danse!

OSO LEONE – Hall 3 / Samedi 6 décembre / 21h15 – Palma de Majorque a vu naître en 2010 le projet musical ambitieux de Xavi Marín et Paco Colombás. Leur volonté de créer un paysage sonore, éthéré, intense, suggéré par ces guitares vagabondes, s’est concrétisée sur un premier album publié en 2011. Deux ans plus tard, paraît Mokragora, disque captivant et raffiné, d’où s’échappent entre autres les litanies hypnotiques de Clivia ou Sanseviera.

RONE – Hall 9 / Vendredi 5 décembre / 01h00 – Depuis qu’Agoria et son label InFiné l’ont découvert sur Internet en 2007, tout est allé très vite pour Erwan Castex, alias Rone, devenu l’un des fers de lance de la scène electro française (et internationale). Ce cinéphile averti a réalisé deux albums (Spanish Breakfast et Tohu Bohu), où il a décliné l’éclectisme de ses goûts, des ambiances oniriques chères aux productions de Warp aux harmonies de la musique classique, en passant par le hip-hop et la pop.

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire