Playlist – Le label Ad Noiseam en 10 albums, selon son créateur

Voici maintenant treize ans que l’entité Ad Noiseam est active sur le terrain glissant de la musique électronique. Une longévité rare pour un label qui a su rester en marge des modes, tout en conservant une personnalité souvent industrielle, noise ou parfois hardcore, même si plus récemment, la tendance est à l’ambient ou à l’electronica. En piochant parmi plus de 180 sorties, Nicolas Chevreux , créateur du label exilé à Berlin, recense pour nous ses dix albums coups de cœur.

BEN LUKAS BOYSEN – ‘Gravity’

Nicolas Chevreux: Encore un album radicalement différent de ce à quoi les fans s’attendaient. Avant, Ben Lukas Boysen n’était connu que sous le nom de Hecq (à part pour deux bandes originales). Délaissant le glitch et les percussions, et bien plus proche de la musique classique que de l’électronique expérimentale ou du dancefloor, ce disque a beaucoup étonné. Contrairement à ce qui a été fait avec le ‘Enclosed’ de DJ Hidden, nous avons cette fois choisi de marquer le coup, publiant cet album sous le nom réel du musicien, laissant celui de Hecq de côté.

ENDUSER – ‘Even Weight’

L’histoire d’Enduser et celle d’Ad Noiseam sont imbriquées l’une dans l’autre, et il serait impossible de faire un tour du label, même succinct, sans mentionner cet artiste. ‘Even Weight’ est son dernier album en date, et probablement celui dans lequel il a mis le plus de son âme. Que le résultat soit un morceau énervé ou une balade co-écrite avec un ami, cet opus couvre un horizon plus large que ne le permettrait un EP, le format habituel pour ce genre de musique. De plus, l’artwork magnifique peint
 par Russ Mills a également une place particulière pour moi.

STAVROS GASPARATOS – ‘Seven’ 


Pour une raison ou pour une autre, les fans de musique dure parlent plus fort et plus souvent que ceux de choses plus calmes. En conséquence, bien qu’une grosse partie du catalogue d’Ad Noiseam ne soit ni breakcore, ni drum’n’bass, ni quoi que ce soit de dirigé vers le dancefloor, ce label est souvent considéré comme actif uniquement avec des musiques écrites pour DJs. Cet album de Stavros Gasparatos est une nouvelle preuve du contraire. Je suis également très fier d’avoir pu le
 publier, car son premier disque ‘Rehearsals’ m’avait impressionné à l’époque.

DJ HIDDEN – ‘Enclosed’

Le troisième album de DJ Hidden est quelque chose de spécial. Les deux premiers étaient strictement drum’n’bass, alors que celui-ci dépasse très clairement les limites de ce genre et touche à toutes les musiques que Noel Wessels écrit, de l’ambient cinématique au hardcore. Nous aurions pu sortir ‘Enclosed’ sous son nom, mais nous savions que nous toucherions alors moins de gens qui si nous utilisions l’aura dont il bénéficie en tant que DJ Hidden. ‘Enclosed’ a beaucoup surpris
 ses fans les plus fermés d’esprit, d’ailleurs.

IGORRR – ‘Hallelujah’

Comment faire une liste de sorties récentes sur Ad Noiseam pour un magazine francophone sans mentionner Igorrr? Et je pense qu’une explication n’est pas nécessaire. En tous les cas, pas en 2014.

LARVAE – ‘Exit Strategy’

Larvae est un projet qui a été très important et représentatif pour Ad Noiseam. En 2003, son premier album était totalement électronique, lourd et downtempo (le terme ‘dubstep’ n’existait pas encore). Et alors que le label se diversifiait, Larvae a intégré de plus en plus de guitares, de nappes et de voix à sa musique. Le fait que Larvae ait également commencé sa carrière sur Ad Noiseam et ait atteint une certaine notoriété me fait aussi chaud au coeur. Le beau mais triste ‘Exit Strategy’ est malheureusement probablement le dernier album de ce projet.

NIVEAU ZERO – ‘Jasmine’

Tout comme Igorrr, Niveau Zero est un français bien connu. Et tout comme lui, Niveau Zero ne devrait pas être quelqu’un dont j’ai besoin de décrire la musique ici.

OYAARSS – ‘Bads’

L’arrivée d’Oyaarss sur Ad Noiseam m’a fait très plaisir, car elle m’a enfin permis de prouver que le label n’avait pas abandonné son goût pour la distorsion. Nos débuts ont été bien plus ‘noise’ que la plupart des disques publiés ces dernières années, car j’étais déçu par toutes les démos du genre. C’est avec celle d’Oyaarss, puis de Fausten, que j’ai enfin mis la main sur ce qui est, à mon avis, la façon intéressante de décliner le noise en ce moment.

UNDERHILL – ‘Silent Siren’

Ce premier album d’Underhill mérite grandement d’être mentionné dans cette liste, et pas uniquement parce que son successeur, paradoxalement nommé ‘Prologue’, sort à la fin Avril. ‘Silent Siren’ est un projet particulier pour Ad Noiseam: écrit par trois musiciens (Dean Rodell, Ivan Shopov de Balkansky et Tim Elliot de Current Value) avec deux chanteurs (Martina Astner, ex-Therion, et MC Coppa), c’est un des rares albums sur Ad Noiseam à ne pas être le fruit d’un seul artiste. C’est aussi probablement l’album qui est le plus composé de ‘chansons’ et non de ‘morceaux’. Du gros boulot, un grand son, et un album qui vieillit très bien.



TARMVRED – ‘Subfusc’

Tous les autres disques mentionnés dans cette liste sont assez récents. Mais je me dois de faire figurer un des albums qui a fait d’Ad Noiseam ce qu’il est, même si le musicien en question n’est plus actif depuis bien longtemps. ‘Subfusc’ de Tarmvred, sorti en 2001, fut le premier gros succès du label et il garde, à ce titre, une place particulière dans ma mémoire.

 

À lire ou écouter également:

, , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire